in

Deux mois sans salaires, les employés d’Hysacam annonce une grève générale

le 12 mars 2018. Les employ

Les employés d’Hygiène et salubrité du Cameroun (Hysacam) appellent à une grève générale pour revendiquer leurs émoluments impayés depuis deux moins. Le mouvement d’humeur est une initiative du Syndicat interrégional des travailleurs d’assainissement, propreté et activités connexes du Cameroun (Synitapacc).  


le 12 mars 2018. Les employ
Employés d’Hysacam (c) Droits réservés

Selon le syndicat, leur action est motivée par le non-respect, à répétition, du calendrier défini par la direction de l’entreprise pour le paiement des salaires des mois d’octobre et de novembre.

La menace sera mise à exécution si l’employeur ne respecte pas l’échéancier de paiement du 11 décembre pour le salaire d’octobre, le 16 décembre pour celui de novembre et le 23 décembre pour la gratification 2020.

« Ce mouvement de grève ne pourra prendre fin que lorsque chaque échéance sera respectée et aucune échéance n’est liée à une autre », anticipe le syndicat.

Toutefois, les délégués du personnel reconnaissent que la direction de l’entreprise a organisé une concertation le 18 novembre au cours de laquelle elle leur a fait part « des difficultés que traverse l’entreprise et qui sont d’ailleurs récurrentes ».

Le 2 décembre, le Président directeur général d’Hysacam, Michel Ngapanoun, est revenu à la charge en leur dévoilant toutes les démarches entreprises par l’entreprise auprès de l’État en vue du paiement de ses créances d’un montant de 20,6 milliards FCFA.

Malheureusement, oppose le syndicat, la situation « des travailleurs au fil des années va de mal en pis. Nous avons jugé utile de marquer un temps d’arrêt dans le but d’obtenir une attention particulière de notre administration sur les activités que l’entreprise mène », annonce le Synitapacc.

Mais pour l’heure, les négociations se poursuivent entre l’entreprise et les travailleurs, qui n’avancent jusqu’ici aucune date pour le début de leur débrayage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

petit pays Petit Pays

Petit Pays : «Ce pays n’est pas géré…nous sommes divisés. Je le vis au quotidien!»

Paul Biya aurait reçu le Premier ministre en audience