in

Des présumés séparatistes font irruption dans le département du Moungo et enlèvent le directeur de la CDC

Screenshot 20200813 144320

Des hommes armés non encore identifiés ont attaqué la localité de Penda Mboko, dans le département du Mungo, région du Littoral aux premières heures de la matinée du jeudi 13 août 2020, faisant des ravages.


Screenshot 20200813 144320
Image de l’incident

La résidence du directeur de l’unité industrielle de la Société de développement du Cameroun (CDC), Ali Malex était la principale cible des hommes armés, a appris lebledparle.com des sources locales.

Selon certaines indiscrétions, les combattants séparatistes seraient entrés dans le Mungo, depuis Muyuka, un département du Sud-ouest, traversée par la crise dite anglophone. Avant de quitter Penda Mboko, les présumés séparatistes ont incendié la résidence officielle du directeur industriel du CDC-Penda Mboko.  

Ali Malex, directeur industriel du CDC aurait été emmené vers une destination inconnue par les hommes armés. Mais avant de l’enlever, apprend-on, une source anonyme à lebledparle.com renseigne que les assaillants ont désarmé sa garde.

Pour approfondir :   Attaques du 11 février à Nkambe : trois présumés séparatistes aux arrêts !

« Ils ont pris d’assaut la maison du directeur de l’unité industrielle, ont brûlé toutes les voitures et incendié toute la maison. Comme si cela ne suffisait pas, les garçons armés ont tiré et tué un élève de 5 ans qui vit dans la cour du directeur et ont finalement enlevé le directeur de l’unité industrielle », témoigne un membre de la famille.

Des éléments de l’armée sont arrivés tard après que des hommes armés non identifiés aient commis leurs atrocités. La zone attaquée est assez éloignée du camp militaire.

Pour approfondir :   Dieudonné Essomba : « En 34 ans, il y a eu à peine quelques établissements de Microfinance qualifiés pompeusement de banques, quelques auberges appelés hôtels… »

Rappelons que le 29 octobre 2018, des hommes armés non identifiés ont attaqué le lycée gouvernemental bilingue Penda Mboko. Les élèves et les enseignants ont été contraints de fuir avant que les hommes armés ne mettent le feu aux articles de leur école.

La même année, des hommes armés non identifiés ont attaqué la brigade de gendarmerie à Penda Mboko, y mettant le feu avant de prendre les clés du champ.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lady p

Lady ponce réagit à la décapitation d’une femme à Muyuka : « Où va mon pays ? »

Mahel Paul Longasse

Paul Mahel : « La Chefferie Supérieure du Canton Longasse n’est un terminus pour retraités »