in

Des présumés braqueurs d’une microfinance à Ombessa mis aux arrêts

Ombassor

C’est sur renseignements de la gendarmerie nationale qu’ils ont été appréhendés la semaine dernière.

Ombassor
L’un des suspects (c) Droits réservés

Fin de parcours pour ces présumés braqueurs qui ont dépouillé une microfinance à Ombessa dans le département du Mbam et Inoubou, région du Centre.

En effet, relate le service de communication de la gendarmerie nationale, « une bande de six présumés malfrats armés de machettes et d’une arme de fabrication artisanale » ont pris d’assaut une microfinance de la place.

Suite à une enquête diligentée par la gendarmerie nationale, trois premiers suspects seront interpellés, trois jours après avoir commis leur forfait et autre suspect sera rattrapé par les éléments de la GN et mis à la disposition de la Justice le 22 juillet 2021.  

Pour approfondir :   Cameroun - Une somme de 500 millions de FCFA serait au centre du Sabotage d'Antoine Samba

Pour l’heure, les recherches se poursuivent pour mettre la main sur les deux derniers membres du groupe qui interdisait le sommeil aux habitants de la localité.

Cet acte est à mettre à l’actif de nombreux autres, des éléments de la gendarmerie nationale. Une opération coup de poings menée le 26 juillet 2021, aux environs de 13 heures, derrière la Sous- Préfecture de Yaoundé 1, leur a permis d’interpeller un individu en possession de centaines de faux documents et faux timbres. Au terme de l’exploitation de ce dernier, les fins limiers se sont rendus au laboratoire de production au quartier Essos, où un second suspect a été surpris en flagrant délit d’impression de faux timbres, a appris Lebledparle.com de la même source.

Pour approfondir :   Dieudonné Essomba donne les raisons de son absence sur le plateau de Club d’Élites sur Vision4

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Simone Ehivet

La CPI abandonne son mandat d’arrêt contre Simon Gbagbo

Finacialo

Cameroun : Les fonds du Covid-19 divisent Manaouda Malachie et Louis Paul Motaze