in

Défection en cascade dans le parti de Maurice Kamto : 660 militants du MRC rejoignent le SDF 

Une vague de démission frappe le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) dans la région natale de son président, Maurice Kamto.

Maurice Kamto teue MRC

Selon nos informations, 660 militants ont officialisé leur départ du parti par le biais d’une lettre datée du 15 mai 2024, adressée au secrétaire de la fédération régionale de l’Ouest. L’honorable Serge Noumba, ancien coordinateur du MRC dans la région de l’Ouest, est à la tête de ce mouvement de défection. Il explique son choix par plusieurs motifs, dont : l’apologie de l’injustice et de la corruption au sein du MRC, l’arrogance et la roublardise de certains cadres du parti, les appels récurrents au soulèvement, jugés irresponsables, l’abandon des cadres du parti en prison, entre autres. « Je suis profondément déçu par Maurice Kamto, » déclare l’honorable Serge Noumba. « Il ne s’est pas montré sincère dans ses engagements et n’a aucune notion de justice ou de parole donnée. »

Pour approfondir :   Enlèvement de Me Fabien Kengne, la cinglante sortie de Wilfried Ekanga

Le SDF s’en frotte les mains

Les démissionnaires rejoignent les rangs du Social Democratic Front (SDF), le parti de Joshua Osih. Ils expliquent leur choix par l’espoir d’un changement véritable et d’une alternative politique plus constructive au Cameroun. Cette vague de défection constitue un coup dur pour Maurice Kamto et le MRC, et fragilise davantage le parti déjà en proie à des dissensions internes depuis la décision de boycotter les élections locales de 2024. En un an de la présidentielle, le parti de la Renaissance n’est pas encore éligible pour le scrutin, n’ayant aucun élu comme le stipule le code électoral.

Pour approfondir :   Cameroun  : Abel Elimbi Lobè exprime ses déboires après le scrutin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Libii Cabral C2

Voici pourquoi Cabral Libii doit rester le président légitime du PCRN selon cet homme politique

Conaco

La CONAC signe des accords avec les médias pour accélérer le lutte contre la corruption