in

Convocation du corps électoral : Jacques Fame Ndongo donne des leçons politiques à John Fru Ndi et Maurice Kamto

Kamto Fru Ndui Fame Ndongo

Cette autre sortie du secrétaire à la communication du Comité central du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) le 7 septembre 2020, est motivé par la convocation des collèges électoraux en vue de la tenue des élections régionales au Cameroun.

Kamto Fru Ndui Fame Ndongo
Maurice Kamto – Fame Ndongo – Ni John Fru Ndi (c) Droits réservés

Réagissant à ce décret présidentiel portant convocation du corps électoral au 6 décembre 2020, le professeur Jacques Fame Ndongo, n’est pas allé du dos de la culière pour l’opinion de ce que son parti « est prêt » à aller à l’assaut des sièges : « le RDPC est partant. Il est prêt. Il est d’attaque ». Il regrette néanmoins le fait que, d’aucuns ont encore l’esprit dans les nuages, à l’instar de ceux qui s’illustrent par des « appels picaresques sur le boycott des élections ».

« Tout appel insurrectionnel ou antidémocratique est superfétatoire, dilatoire, incantatoire ou suicidaire. La politique de l’autruche est une politique sans issue », indique l’enseignant, encourageant dans le même temps, ces derniers à la construction nationale en évitant « la nuit des longs couteaux, les ultimatums, la chaise vide qui ne profiteraient à aucun parti politique », car, souligne-t-il : « Les partis qui optent pour la division et la soustraction s’engluent, sciemment, dans les sables mouvants de l’échec ».

Pour approfondir :   L’émouvante lettre d’adieu de Parfait Ayissi à Vision 4 après son licenciement

Dans la foulée, Fame Ndongo suggère que : « Si tel homme politique préfère les contes de fées et tourne le dos à la réalité, si son compte électoral est déficitaire (zéro élection, donc zéro élu), qu’il ne s’en prenne qu’à lui-même, lorsque seront publiés les résultats du scrutin ».

Le cas du SDF

Le Chairman du Social Democratic front (SDF) constitue le premier héraut de cette démarche se souvient-il. En 1991, il inaugure la stratégie de boycott des premières élections législatives pluralistes du pays. « Cette année-là, il aurait pu créer l’électrochoc politique au Cameroun en s’adjugeant moult sièges au Palais de verre de Ngoa-Ekellé (Assemblée nationale). Il serait alors devenu une sorte de Pizarro le conquistador » se convainc Jacques Fame Ndongo.

Pour approfondir :   L’image d'un militant enchainé sur un lit d'hôpital suscite l'indignation sur les réseaux sociaux

Pourtant, un an plus tard et dans les mêmes conditions d’organisation du scrutin, le leader du SDF échoue à deux doigts de devenir le tout premier président de la République d’expression anglaise au terme de l’élection présidentielle de 1992.

« Après cet échec, au lieu de quadriller le terrain politique, il entonna un refrain frelaté et loqueteux : “victoire volée, hold-up électoral”, “Biya must go” », rappelle le secrétaire à la communication du parti présidentiel. Qui, sentencieux, note qu’« on ne conquiert pas, démocratiquement, le pouvoir avec de tels slogans creux, nauséabonds et pestilentiels ».


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Kamto Meeting Bonabri3

Cameroun : Qu’entrevoit le MRC le 22 septembre 2020

bamenda 03102017

Crise anglophone : Les forces de sécurité lancent une vaste opération de sécurisation de la ville de Bamenda