in

Célestin Djamen demande aux autorités de punir les auteurs d’actes tribalistes de Sangmelima

La demande a été faite à travers une publication sur son compte Facebook, le mardi 30 mai 2023, comme l’a constaté Lebledparle.com.

Affrontements intercommunautaires dans le sud après la mort d’un commerçant

Le décès d’un jeune vendeur à la sauvette, originaire de Sangmélima a mis le feu aux poudres. Dès l’annonce de son décès le lundi 24 mai 2023 au soir, ses proches et amis ont porté soupçons et accusations contre son fournisseur, un résident bamoun de la région de l’ouest.

Il est reproché à ce dernier d’avoir jeté un sort à son partenaire après un différend commercial qui remonterait à deux ans. Depuis, la santé du vendeur à la sauvette n’a cessé de se détériorer jusqu’à l’issue fatale de lundi dernier. En représailles et sur la base de ce postulat, un groupe de jeunes de Sangmélima, issus de l’ethnie Boulou, ont entrepris de venger leur frère par une sorte de chasse aux Bamouns, émaillée de saccages de commerces, selon plusieurs sources sur place.

Soutien à la chasse aux tribalistes

Célestin Djamen qui se présente comme éclaireur de la République pense qu’il laisser impunis l’acte de Sangmélima ainsi que ceux vécus dans d’autres villes. Il réitère son soutien à l’action du gouvernement pour la lutte contre les discours de haine. « Laisser impunis les auteurs d’actes tribalistes de Sangmelima, de Bangourain et de Tonga…etc, c’est la prime à une escalade de la haine tribale dans notre pays, ce qui augure de lendemains très sombres pour notre pays. J’ai toujours dit et je continuerai de dire que cette montée exponentielle du tribalisme désormais sanglant est le fruit incontestable des discours sur « le fédéralisme » communautaire », « le rentrez chez vous »… J’interpelle donc nos autorités sur cette tolérance langagière meurtrière qui ne peut aboutir qu’à l’irréparable dans un pays qui compte 60% d’analphabètes. il nous faut urgemment réadapter notre programme scolaire pour les générations futures qui rappellera la primauté de la république sur la tribu. Les colons pensaient que nous étions des sauvages, je crains de penser qu’ils avaient raison. Mettons-nous ensemble pour casser le processus de décivilisation qui avance à grand pas. Soutenons nos courageux ministres Atanga Nji, Beti Assomo et Galax Etoga dans leur chasse à l’homme tribaliste », écrit le président national d’APAR.

Pour approfondir :   Parfait Mbvoum : « Il y'a des boycotts qui valent mieux que d'aller aux élections »

L’homme politique décide d’accompagner le gouvernement à travers une opération de constitution des listes de tribalistes. Il invite ses compatriotes à faire de même. « La liberté d’expression ne consiste pas à tenir des propos qui relèvent du délit. Or l’apologie du tribalisme comme l’homosexualité, est un délit au Cameroun (art. 241.1 code pénal). Nous passons désormais à la vitesse supérieure. Aucun discours tribaliste n’est légitime. Nous devons travailler en profondeur contre le processus de décivilisation. La mort d’une civilisation est plus grave que la mort d’un homme. Levons-nous ! Stop au tribalisme périmé. Stop au régionalisme rétrograde. Stop à la haine de l’autre. Stop au communautarisme. Stop à la barbarie. Vive l’unité nationale !! À partir de maintenant nous lançons l’opération 𝙏𝙍𝙄𝘽𝘼𝙇𝙄𝙎𝙏𝙀𝙎, 𝙇𝘼 𝙇𝙄𝙎𝙏𝙀 nous la soumettrons au gouvernement qui a été très clair sur la question. J’ouvre le bal…. merci de compléter. Vous avez juste à faire des captures d’écran sans rien n’y ajouter et publier sur votre page. Merci! », écrit l’acteur politique.

Pour approfondir :   Obsèques de l’honorable Ndongo Essomba : Une élite de la Lékié appelle Paul Biya au secours pour mettre un terme aux manœuvres de coup d’État

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Onana Zambo

Deux camerounais figurent dans l’équipe africaine de la saison 2022-2023

Chancel Mbemba prix mac vivien foe 2023

Le Congolais Chancel Mbemba est le vainqueur du Prix Marc-Vivien Foé 2023