in

CAN 2021 : Ce qu’il faut savoir sur la sélection éthiopienne avant leur duel face aux Lions indomptables

can cameroun ethiopie

Pour leur deuxième match de poule, le Cameroun et l’Éthiopie s’expliquent ce jeudi 13 janvier 2022 dans le ventre du Python d’Olembé à Yaoundé. Les Lions Indomptables, en cas de victoire, assureront leur qualification pour le second tour.

can cameroun ethiopie
Affiche Cameroun vs Ethiopie (c) Droits réservés

Après avoir vécu une rencontre amphigourique face au Cap Vert (0 – 1), avec l’exclusion de Bayeh dès le début de match les Walya devront tout mettre en œuvre pour espérer poursuivre l’aventure.

Le duel paraît alors de ce point de vue, plein d’enjeux, même si depuis le début de la compétition le 9 janvier, le rapport de force affiché sur le papier n’est pas le même sur le terrain et toutes les rencontres sont jusqu’ici équilibrées. On peut toutefois imaginer les Camerounais arriver avec des meilleures intentions afin de réaliser une partie plus aboutie que lors de la rencontre avec les Étalons du Burkina Faso (2 -1).

Avant le duel de choc qui oppose le Cameroun à l’Éthiopie ce soir à partir de 17 heures en heure locale, lebledparle.com a jugé utile de se pencher sur les statistiques de la sélection des Walyas.

Du fait de son absence en phase finale de Coupe du monde et de sa relative faiblesse au niveau continental, l’équipe d’Éthiopie n’a que très rarement affronté des formations non africaines, et à une seule reprise en match officiel.

Il s’agit d’Israël, lors des éliminatoires de la Coupe du monde 1962. Elle a ainsi été opposée lors de matchs amicaux à la Grèce (à trois reprises dans les années 1960-1970 pour trois défaites), la Chine (victoire 3-0 en 1975), la Yougoslavie (défaite 2-5 à Belgrade en 1962), l’Irak (défaite historique 13-0 en 1992), Israël (trois fois en plus des deux rencontres officielles de 1962), au Yémen (match nul 1-1) et à la Turquie (lors d’une double confrontation en 196247, un nul et une défaite). Elle n’a jusqu’à présent jamais rencontrée de formations d’Amérique ou d’Océanie.

Sur le continent africain, c’est sans surprise que l’on constate que ses adversaires les plus fréquemment affrontés sont les nations frontalières de l’Éthiopie.

La proximité géographique, rendant plus facile l’organisation de rencontres amicales, et la tenue de compétitions annuelles régionales en Afrique australe telle que la Coupe CECAFA des nations depuis les années 1970 ont multiplié les matchs des formations Est-Africaines.

Ainsi, les Antilopes Walyas ont affronté trente-cinq fois le Soudan, trente-deux fois l’Ouganda, vingt-neuf fois le Kenya et vingt-quatre fois la Tanzanie. À un degré moindre, on dénombre également dix-sept rencontres contre les Pharaons égyptiens (dont cinq lors des phases finales de la CAN), dix-sept contre la Zambie et seize contre les voisins djiboutiens.

À l’opposé, l’Éthiopie n’a jamais rencontré les sélections du Mali, d’Angola, du Mozambique, du Gabon, d’Érythrée ou encore de la Sierra Leone. Le tirage au sort de la phase de groupe des éliminatoires pour la Coupe du monde 2014 a permis aux Walyas d’affronter trois équipes qu’ils n’avaient jamais rencontrées auparavant : les Bafana Bafana d’Afrique du Sud, le Botswana et la République centrafricaine.

En termes de bilan, c’est face à son voisin Djibouti que les Éthiopiens ont de loin les meilleurs résultats, avec quinze victoires et un match nul (qui date de 1986) avec soixante-huit buts marqués en seize matchs disputés.

La balance est également positive face à la Tanzanie (onze victoires, sept nuls et sept revers). En revanche, face aux grandes nations africaines, l’Éthiopie est très largement en retrait : six défaites en huit rencontres face aux Super Eagles du Nigeria, sept défaites en autant de rencontres contre le Maroc ou seulement quatre succès contre la Zambie (pour quatre nuls et neuf revers).

Au niveau mondial, la sélection éthiopienne n’a jamais dépassé la 85e place, rang qu’elle a atteint lors de la mise en place du classement en 1992.

Elle s’est rapprochée de ce niveau en 2006 en terminant cette année-là à la 92e place. C’est la dernière année où les Walyas ont intégré le top 100 mondial. À contrario, 2001 est la plus mauvaise année en termes de classement puisque les Éthiopiens finissent 155e.

L’évolution est sensiblement la même au classement continental. Si le bilan en 2001 est aussi le plus bas, avec un 40e rang sur le continent africain, c’est en 2006 que l’Éthiopie a occupé sa meilleure place, avec une 21e position en Afrique. Cameroun vs Ethiopie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

BHr

Extrême-Nord : Le chef de poste militaire de Talakachi tué par les combattants de Boko Haram

les militants du RDPC

Ouverture d’une université d’Etat au Sud : Les populations disent merci à Paul Biya