in

Cameroun : La revue de presse du mardi 11 octobre 2022

Capture 3

Très chers abonnés, bonjour et bienvenus à la revue de presse, édition de ce 11 octobre 2022. Comme tous les matins, retrouvez ci-dessous, l’essentiel à retenir des informations parues en kiosque au Cameroun.

Notre fenêtre s’ouvre ce matin sur Cameroon Tribune, qui explore la relation entre le Cameroun et la Commonwealth. En effet, apprend-on en page 3 du quotidien, une délégation conduite par Lord Jonathan Peter Merland, président Commonwealth Entreprise and Investment séjourne au Cameroun depuis dimanche à l’effet d’évaluer les opportunités d’affaires. « Elle a été reçue hier par le Premier ministre et va poursuivre ses contacts jusqu’à jeudi prochain », écrit Cameroon Tribune en kiosque ce jour.

Mutations est aussi en kiosque et parle des « points à cocher » d’Ahmadou Sardouna à la tête de la Société immobilière du Cameroun (Sic). Selon le récit de nos confrères, ce dernier qui trône à la tête de la Sic depuis 3 ans a procédé hier à l’évaluation de son action non sans insister sur la « fructueuse collaboration » la société qu’il dirige et le ministère du Domaine, du Cadastre et des Affaires foncières.

Pour sa part, l’hebdomadaire Terre Promise fait savoir que la Sic, la Maetur, et le Crédit foncier sont « à bout de souffle ». Selon ses explications, les structures mises en place par l’Etat pour soutenir sa politique d’accès aux logements en dehors du Crédit foncier, sont « au bout du rouleau », alors même que les besoins en logement se font de plus en plus pressants. C’est à lire dans le dossier paru en page 5 du journal.

Dans un contexte mondial marqué par un ralentissement de la croissance économique, une inflation élevée et une hausse des taux d’intérêt, le FMI et la Banque mondiale tiennent depuis lundi leur assemblée annuelle. Et selon le quotidien l’Économie qui en parle ce matin, à la veille de cette réunion, la Banque mondiale a rendu son rapport concernant la croissance économique en Afrique qui tourne au ralenti. Ce ralentissement est dû aux « vents contraires de la conjoncture mondiale tandis que les pays restent aux prises avec une inflation croissante qui freine l’avancée de la lutte contre la pauvreté ». Les travaux de Washington devraient permettre aux dirigeants et experts de trouver des solutions à ces problèmes.

Restons en économie, cette fois pour aborder le métier de « prestataire de service sur les actifs numériques ». EcoNews en kiosque annonce que les « actifs numériques » et les « jetons numériques » sont désormais admis sur le marché financier de la Cemac. Toutefois, pour éviter la prolifération des arnaqueurs, indique notre confrère, le métier su-évoqué est soumis à un agrément préalable de la commission de surveillance du marché financier (Cosumaf).

Chers abonnés, c’est un réel plaisir de vous avoir servi encore votre revue de presse ce matin. Merci de nous rester fidèles. À demain pour une nouvelle sortie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

kamtor

Mathieu Youmbi : « Le boycott des dernières élections par le MRC est la meilleure décision politique jamais prise par un homme politique »

Bidjang Bikora insiste

Bruno Bidjang demande de « respecter » les intellectuels qui acceptent d’assister aux débats