in

Cameroun : La revue de presse du jeudi 27 octobre 2022

Les Unes en kiosque 4

Très chers abonnés, bonjour et bienvenus à votre revue quotidienne de la presse. Comme tous les matins, retrouvez ci-dessous, l’essentiel à retenir des informations disponibles en kiosque ce jeudi 27 octobre 2022.

Notre chemise s’ouvre sur des faits saillants qui animent la scène sociopolitique actuellement au Cameroun, en l’occurrence, le « Covidgate ». Depuis aujourd’hui deux semaines, constate Terre Promise, plusieurs Une de tabloïds locaux évoquent cette actualité mettant en scène, le Secrétaire général à la présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh. Selon les informations à notre confrère, le parquet du Tribunal criminel spécial a émis un mandat d’amener ce dernier qui a refusé de se présenter devant les juges le 18 octobre. Ces faits qui ne relèvent pas d’un hasard du point de vue de notre confrère, sont liés aux détournements et autres irrégularités dénoncés par le rapport de la Chambre des comptes de la Cour suprême relatif à la gestion de la riposte anti-Covid.

Le palais présidence d’Ebolowa est dans la broussaille. L’annonce est du quotidien Mutations dans sa livraison du 25 octobre dernier. Selon les informations livrées dans les colonnes de ce journal, c’est à l’occasion des préparatifs du comice agropastoral en 2011, que la résidence du chef de l’État à Ebolowa, jusque-là occupée par le gouverneur de la région du Sud, avait bénéficié de travaux de réfection. La réhabilitation et l’équipement de ce palais présidentiel avaient couté « près d’un milliard de FCfA ». Quelques mois après le séjour du chef de l’État à Ebolowa à l’occasion de la fête du monde rural, sa résidence était victime d’un cambriolage. Au terme de la première phase de l’enquête, deux officiers et trois sous-officiers de la gendarmerie étaient déférés à la prison militaire de Yaoundé et cinq civils, recéleurs, écroués à Kondengui. Quelques jours après l’incarcération de ces suspects, le gouverneur de la région du Sud de l’époque, Jules Marcellin Ndjaga, avait également été entendu dans le cadre de cette affaire. Le récit de Mutations est à lire dans le journal de Georges Alain Boyomo.

Sortons par les énergies renouvelables. Le ministre de l’Eau et de l’Énergie (Minee) du Cameroun, Gaston Eloundou Essomba, a ouvert lundi 24 octobre à Yaoundé, un séminaire panafricain de formation en politique et économie de l’énergie, qui s’étendra du 24 octobre au 5 novembre 2022, avec la participation d’une dizaine de pays africains, parmi lesquels le Mali, le Gabon, le Burkina Faso, la Guinée, le Congo, la République démocratique du Congo, la côte d’ivoire, Djibouti, Madagascar, le Burundi, la Mauritanie, le Bénin et le Cameroun. L’objectif principal de ce séminaire est de doter les acteurs majeurs de ce secteur d’activité des aptitudes et des outils dont ils ont besoin, pour construire ces politiques publiques et en assurer une mise en œuvre réussie dans leurs pays respectifs. C’est à lire ce matin dans les colonnes d’InfoMatin de ce matin.

Parce qu’il ouvre le champ à la circulation des actifs numériques dans la CEMAC, le nouveau règlement du marché financier de la Cosumaf, le gendarme financier en Afrique centrale est en contradiction avec les directives de la Cobac qui interdit aux établissements bancaires ainsi qu’à leurs partenaires techniques de régler, d’échanger, de convertir ou de couvrir en devise ou FCFA, les transactions relatives aux cryptomonnaies ou ayant un lien avec celles-ci dans le cadre des services de paiements. Une double législation, qui sème la confusion. Nous vous invitons à lire le décryptage de cette actualité dans les colonnes d’EcoMatin.

Le ministre de l’Économie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat), Alamine Ousmane Mey, et le directeur des opérations de la Banque mondiale au Cameroun, Abdoulaye Seck, ont signé en date du 26 octobre 2022 à Yaoundé, trois conventions de financements pour des projets de développement de la région de l’Extrême-Nord, annonce Cameroon Tribune. Dans le détail, le journal à capitaux publics explique que première convention porte sur le financement du projet d’aménagement et de valorisation des investissements dans la vallée du Logone (Viva Logone). Cette signature de convention fait suite à l’autorisation du 11 octobre dernier du président de la République accordée au Minepat pour obtenir ce financement de près de 113 milliards FCFA au bénéfice de ce projet qui vise l’exploitation de 12 000 hectares. D’un montant de près de 60 milliards, la seconde convention porte sur le financement du Projet d’urgence contre la crise alimentaire (Pucca). Ce projet vise l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, l’accroissement de la résilience climatique des ménages et des producteurs dans les zones ciblées. Et la troisième enfin, de 92 milliards FCFA va financer le projet Filets sociaux qui sont des transferts d’argent en direction des ménages les plus pauvres.

La cérémonie de « Ballon d’or » rebondit dans le football camerounais, constate Mutations en kiosque ce jeudi 27 octobre. Cela faisait 30 ans qu’on n’avait plus entendu parler du Ballon d’or camerounais. Le dernier trophée en date avait été remis à l’attaquant Nigérian Nuruddeen Lawal, joueur de Canon de Yaoundé, en 1992. Depuis plus rien à se mettre sous la dent en termes de distinctions pour l’élite nationale du ballon rond, hormis quelques éditions des LFPC Awards. Mais cette longue absence va prendre fin ce 29 octobre 2022 puisque le Ballon d’or local revient sur le devant de la scène au cours d’une cérémonie prévue au Palais des Congrès de Yaoundé. Le président de la Fédération camerounaise de footballSamuel Eto’o, a en effet mis un point d’honneur à relancer ce trophée afin de récompenser les acteurs qui se seront particulièrement illustrés tout au long de la saison. L’innovation majeure étant que le football féminin et masculin sont désormais traités au même pied d’égalité. Plus de détails à lire dans le journal Mutations.

Merci d’avoir été des nôtres. A demain pour la dernière sortie de la semaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Kamto Cabral 1

Cabral Libii : « C’est pourtant moi normalement qui devrait refuser de débattre avec le président d’un parti qui n’a pas d’élu»

Emilien Denis Atangana

Denis Atangana : le FDC aura son candidat à l’élection présidentielle de 2025