in

Cameroun : Selon Éric Chindje, Paul Biya est conscient de l’existence du tribalisme au Cameroun depuis 20 ans

Chinje

Dans une interview accordée au quotidien Le jour édition du mercredi 26 juin 2019, Éric Chindje ancien journaliste de la CRTV se rappelle les paroles de Paul Biya qui, au cours d’une réunion présidée par le président de la Banque mondiale il y a vingt ans, avait affirmé que le problème du Cameroun c’est le tribalisme.


Chinje
Eric Chinjé (c) Droits réservés

Dans les colonnes du journal d’Haman Mana ce mercredi 26 juin 2019, l’ancienne star de la Cameroon Radio Television Éric Chindje se rappelle des faits d’il y a environ vingt ans comme si c’était hier.

« Le président de cette institution, il y a une vingtaine d’années, avait réuni une vingtaine chefs d’Etats africains, et a demandé à chacun ce qui était le problème de son pays. Chaque président a dit quelque chose. Et au tour de Paul Biya il a dit le tribalisme… C’était le seul qui avait dit cela. Les autres chefs d’Etats s’étaient plaints du manque de ressources naturelles, des ressources humaines. Je suppose que c’était un élan de grande sincérité », révèle Éric Chinje.

Pour approfondir :   Samuel Eto’o : « L’histoire que j’ai écrite dans le football, il est loin de l’écrire »

Partant de cette déclaration du président Paul Biya, Éric Chinje se pose moult questions « Si c’est le cas, comment ce qui est le gros du problème de notre pays n’a jamais connu un effort de séparation ? Ni même de discussion ? » S’interroge-t-il.

Le président du conseil d’administration de African Media Initiative (AMI) ne nie donc pas un propos tenu dans quelle que circonstance que ce soit. Il se veut d’ailleurs responsable de ses actes : « Tout ce qui sort de ma bouche, je l’assume », a-t-il rassuré.

Pour approfondir :   Biloa Ayissi : « Les bombes ne devraient pas exploser à Yaoundé. Yaoundé n'est pas le NoSo »

Comme conseil, l’homme des médias pense qu’« on doit pouvoir se regarder dans les yeux et se parler ».

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mgr Cornelius Esu Fontem

Crise anglophone : Le film du kidnapping de Mgr Cornelius Fontem Esua

choupo

Choupo Moting : « Le Ghana n’est pas une petite équipe, ça ne sera pas facile »