in

Cameroun/Crise anglophone : Les circonstances de l’assassinat du Maire de Mamfé

Prisley Ojong maire mamfe

Le nouveau maire de Mamfé, Ashu Prinsley Ojong (35 ans) a été abattu le dimanche 10 mai 2020 au matin dans son village Eshobi par des séparatistes.


Prisley Ojong maire mamfe
Ashu Prinsley Ojong – DR

Il avait reçu un appel  faisant état de séparatistes qui ont décidé de déposer les armes dans son village. Ce n’était qu’un guet-apens. « Il s’est fait piéger. Il a reçu un coup de fil des personnes qui se sont présentées comme étant des séparatistes qui ont décidé de déposer les armes afin de répondre favorablement à la main tendue par le chef de l’Etat pour un retour à la paix. Le Maire a pris la route avec deux militants. Chemin faisant, leur véhicule a été criblé de balles. Le Maire a rendu l’âme… » Raconte une source.

Pour approfondir :   Douala : des anciens détenus de prison qui semaient la panique aux arrêts !

Le scénario de l’assassinat du  jeune Maire de Mamfe, Ashu Prinsley Ojong, s’apparente comme une nouvelle tactique des séparatistes, selon certains analystes. Et le magistrat municipal de Mamfé est donc la première victime.

Très actif dans sa commune, il avait pris part samedi 8 mai 2020 à une séance de « remise de kits de lutte contre le COVID-19, sous la houlette du Comité de développement de Mamfé », indique la chaîne publique Camerounaise, CRTV sur les réseaux sociaux.

Prisley Ojong était un jeune opérateur économique prospère dans la région. Il avait été élu maire de Mamfe il y a à peine deux mois, lors des dernières élections municipales, lesquelles élections avaient été reprises dans une dizaine de communes en région anglophone. Le scrutin en son temps avait été perturbé par des attaques de groupes séparatistes.

Les autorités n’ont pas encore réagi sur son assassinat…


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Kack Kack Bapooh Lipot

Cameroun : Un militant de l’UPC très en colère demande à Robert Bapooh Lipot de démissionner du parti

Calibri BAAS.jpg

L’activiste Calibri Calibrio affirme avoir échangé avec les autorités françaises et menace de « frapper » à nouveau