in

Cameroun : Awa Fonka Augustine interdit les manifestations publiques dans la région de l’Ouest

Fonka Ouest

A la suite des régions du Centre et du Littoral, c’est le tour de la région de l’Ouest.

Fonka Ouest
Awa Fonka Augustine (c) Droits réservés

Dans l’arrêté régional portant interdiction des réunions et manifestations publiques non déclarées dans la région de l’Ouest, le gouverneur de la région Awa Fonka Augustine avertit en son article 1 : « il est interdit à partir de la signature du présent Arrêté, et jusqu’à nouvel ordre, toute réunion ou manifestation publique non déclarée dans la région de l’Ouest.

Par ailleurs, précise l’administrateur civil principal hors échelle en l’article 2 de l’arrêté, « tout contrevenant aux dispositions du présent arrêté sera exposé aux sanctions prévues par la réglementation en vigueur », peut-on y lire.

Pour approfondir :   Vincent Sosthène Fouda : « L’assassinat de Martinez Zogo met l'Etat du Cameroun dans l'impasse »

Bien plus, « Les autorités administratives et les Forces de Maintien de l’Ordre sont, chacun en ce qui le concerne, chargés de l’application stricte du présent arrêté qui sera publié partout où besoin sera », instruit l’article 3.

Notons que l’arrêté de gouverneur de la région de l’Ouest survient le même jour que le communiqué du gouvernement au sujet des leaders politiques qui appellent à l’insurrection et au renversement du régime Biya, au pouvoir depuis 1982.

Pour approfondir :   Fridolin Nké fume le calumet de la paix avec son grand frère Aboya Manassé Endong

Ces décisions des pouvoirs publics, faut-il le rappeler, visent Maurice Kamto, président national du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun(MRC) qui a prévu d’organiser une « marche pacifique » le 22 septembre 2020.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

djaili amadou amal 592x296 1558535927

Littérature : Un livre camerounais retenu dans la première sélection du Goncourt 2020

CPE Justice

Christian Penda Ekoka : « Dans une démocratie, les marches pacifiques sont une voie d’expression légale »