in

Cameroun : Après une panne en plein vol, un avion de Camair-Co effectue un atterrissage forcé

Avion Camair Co

Nouveau coup dur pour la Cameroon airlines corporation (Camair-co) avec l’un de ses derniers avions, un avion loué.


Avion Camair Co
Avion Camair Co -Illustration 

Son vol parti ce jeudi de l’aéroport international de Maroua Salak, dans la Région de l’Extrême-Nord à destination de l’aéroport international de Yaoundé, a été contraint d’atterrir à l’aéroport international de Garoua, dans la Région du Nord, a appris Lebledparle.com

Selon des informations rapportées par Cameroon-Info, l’avion serait tombé en panne en plein vol. « La rumeur a d’abord parlé d’un incendie survenu dans l’avion. Mais, finalement, il s’est agi d’une panne dans le fonctionnement de l’appareil qui a amené le pilote à faire un atterrissage en urgence » explique au journal une source  à l’aéroport de Garoua. « Finalement, les passagers sont abandonnés à Garoua pour attendre un autre avion »

Pour approfondir :   Boxe : Francis Ngannou est au cœur des convoitises

Après avoir annoncé, en janvier 2019, l’indisponibilité de quatre des six aéronefs constituant sa flotte, la compagnie a vu de nouveau en mars dernier deux derniers avions être mis hors service, pour diverses raisons. Elle continuait d’assurer ses liaisons commerciales avec un avion loué chez Cronos.

Cette situation est annonciatrice de sérieuses contre-performances au cours de cette année 2019, après plus de 6 années de turbulences. Camair Co a par exemple besoin d’au moins 14 milliards de francs CFA, seulement pour refaire les moteurs de ses deux Boeing 737 cloués au sol depuis quelques mois, append Lebledparle.com.

Pour approfondir :   Idriss Carlos Kameni dévoile ce qu’il a dit aux Lions A’

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Paul Biya Ambassadeur Suisse

Annoncé au Cameroun, le président suisse envoie son ambassadeur à la rencontre de Paul Biya

Bamenda.Crise

Crise anglophone : les sécessionnistes tentent d’imposer une nouvelle opération « Lockdown »