in

Cabral Libii traduit un de ses militants au Conseil de discipline pour avoir donné raison à Maurice Kamto

Libii Biyong

Joseph Espoir Biyong devra se présenter devant le Conseil de discipline du PCRN le dimanche 13 décembre 2020. Il lui reproché d’avoir en mondovision, soutenu les positions politiques du MRC au détriment de celles de son parti.


Libii Biyong
Cabral Libii et Joseph Biyong (c) Collage photo

La sérénité n’est pas de mise dans les rangs du PCRN depuis les résultats décevants enregistrés lors du scrutin régional du dimanche 6 décembre 2020. Se prononçant sur ce sujet, le 6e adjoint au maire de Douala 5e avait reconnu que la stratégie de boycott prôné par le leader du MRC était la voie de la sagesse. « Je peux encore envoyer un message fort au Professeur Maurice Kamto en lui disant : Nous sommes tellement désolés de ne vous avoir pas écouté. Nous sommes tellement désolés de n’avoir pas compris ce qu’il disait », déclarait-il dans une sortie médiatique au lendemain de la déculottée du Parti camerounais pour la réconciliation nationale aux régionales.

Pour approfondir :   Calixte Beyala : « Un intellectuel apprend aux enfants à lire et à écrire et non à tuer » 

Biyong sur le banc des accusés 

Maladresse verbale ou allégeance au MRC?  Le 6e adjoint au maire de Douala 5e devra se justifier. Un document dont la rédaction de Lebledparle.com a pu consulter en exclusivité le contenu, traduit Joseph Espoir Biyong devant le Conseil de discipline du PCRN dimanche 13 décembre 2020. Le susnommé est accusé d’avoir applaudi la formation politique de Maurice Kamto et remis en cause les choix opérés par la sienne notamment, celui de prendre part à la dernière échéance électorale. Affaire à suivre…

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

nasser al khelaifi pierre webotras

Pierre Achille Webo a tenu à remercier les parisiens après l’incident PSG-Basaksehir !

Parfait Siki, communicateur de la FECAFOOT : «Le football professionnel est l’arrêt et ce n’est pas la faute de FECAFOOT»