in

Appels au renversement de Paul Biya du pouvoir : Jean De Dieu Momo condamne l’Opposition

Momo Ca

Depuis quelques semaines, des appels à l’éviction  Paul Biya, au fauteuil présidentiel depuis 1982, se multiplient. Ce qui ne laisse pas muets les militants du parti au pouvoir ou encore les sympathisants. Parmi eux, Jean de Dieu Momo, par ailleurs ministre délégué auprès du ministre de la Justice. Dans une tribune commise sur Facebook le 14 septembre 2020, le président du PADDEC pense que c’est l’Opposition qui est à l‘origine de ses propres déboires. Lebledparle.com vous livre ci-après, la publication de l’avocat international.

Momo Ca
Jean De Dieu Momo (c) Droits réservés

Incapable de s’unir pour gagner une élection, l’opposition tente vainement de s’unir pour l’insurrection !

Malgré son grand capital politique le RDPC s’est allié le G20, les partis politiques de Bello Bouba, d’Issa Tchiroma etc., pour gagner l’élection présidentielle du 7 octobre 2018. Les leaders des partis d’opposition qui se prenaient chacun pour le Messie, sont partis en rangs dispersés. Et ils ont lamentable perdus. Aujourd’hui, perdus eux-mêmes dans le vaste champ politique, ils poussent des spasmes mortels et font des soubresauts du dernier soupir pour tenter de mobiliser leurs maigres militants et sympathisants dans une marche insurrectionnelle illusoire et vouée à un cinglant échec. Et ce n’est que justice car en démocratie la majorité triomphe et gouverne toujours, au Cameroun comme partout ailleurs dans le monde.

Pour approfondir :   Cameroun : Les tout premiers maires de villes de Kribi, Nkongsamba, Ngaoundéré et Kumba

Voilà qui est la vérité et qui ne changera pas demain. Mais à vrai dire est-ce que l’opposition radicale ne trompe pas le peuple en exagérant sa prétendue misère ? J’ai aussi été leader de l’opposition et je tenais le même langage de la pauvreté du peuple alors que je roulais carrosse, avais plusieurs voitures, passais des week-ends en mer avec ma famille et avais le frigo remplis de victuailles. A Makepe Missoke mes sœurs ne manquaient pas à manger chez elles. Au contraire la vie chauffe grave à Makepe Missoke, à Bependa, à Brazzaville ou à Village. Notre misère est exagérée par les leaders de l’opposition pour les besoins de mobilisation des militants.

Pour approfondir :   Hervé Emmanuel Nkom : « Le MRC est contaminé par les maladies transmissibles de la politique locale »

Momo Jean De Dieu, Fo’o Dzakeutonpoug


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Kom

Appels à l’éviction de Paul Biya du pouvoir : Mgr Abraham Kome donne sa position

Ngony

Un Camerounais nommé DG du cluster Bénin/Niger de Bolloré Transport & Logistics