in

Allemagne : Après 16 ans de règne, Angela Merkel cède son fauteuil à Olaf Scholz

3917ac99321bb96a1203067cf0025c1a32f4e25c

Deux mois et demi après les élections en Allemagne, le social-démocrate Olaf Scholz est devenu chancelier, faisant revenir le centre-gauche au pouvoir et refermant définitivement les 16 années de l’ère Angela Merkel.

3917ac99321bb96a1203067cf0025c1a32f4e25c
Angela Merkel (c) Droits réservés

Les 736 députés du Bundestag issus du scrutin du 26 septembre 2021 ont élu à 395 voix pour, 303 contre et 6 abstentions, Olaf Scholz. Il lui fallait 369 voix pour être élu.

Son élection comme neuvième chancelier de l’Allemagne d’après-guerre ne faisait aucun doute : son Parti social-démocrate (SPD), arrivé en tête aux législatives, dispose d’une confortable majorité (206 sièges), avec ses deux nouveaux partenaires de coalition, les Verts (118 sièges) et les libéraux du FDP (92).

Le résultat de ce vote marque le retrait d’Angela Merkel à l’issue de quatre mandats qui, à neuf jours près, ne lui auront pas permis de battre le record de longévité détenu par Helmut Kohl (1982-1998).

Olaf Scholz, 63 ans, a une longue carrière politique derrière lui et pourtant son parcours n’a pas inspiré de biographies et autres ouvrages. Comme Angela Merkel, on sait par exemple très peu de choses sur sa vie privée.

Le futur chancelier est né à Osnabrück, dans l’Ouest de l’Allemagne, le 14 juin 1958, mais il est un Hambourgeois de cœur, une ville où ses parents, actifs dans le textile, s’installent lorsqu’il est bébé. 

Il est le premier dans sa famille à faire des études et à incarner le modèle méritocratique défendu par le parti social-démocrate. Ses deux frères plus jeunes lui emboîtent le pas. L’un dirige aujourd’hui un hôpital dans le nord de l’Allemagne ; l’autre une entreprise active dans les nouvelles technologies.

Olaf Scholz adhère à 17 ans au SPD. Il a toujours avec lui dans son cartable son livret rouge de membre du parti. Comme beaucoup dans les jeunesses sociales-démocrates, il est très à gauche dans les années 1980 et prône « le dépassement de l’économie capitaliste ».

Début 1984, il rencontre avec d’autres responsables des jeunesses sociales-démocrates de hauts dignitaires du régime communiste est-allemand.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Biaro

Steve Fah répond à Raoul Christophe BIA et le qualifie de : « JOURNALITRE »

Enclavement dans la région du Sud : Les populations au bord du soulèvement