in

Yaoundé : Passée par le Tribunal militaire, Michèle Ndoki rejoint Maurice Kamto et Cie en prison

Michele Ndoki au Tribunal militaire rogne

Déférée ce 07 mars au Tribunal militaire de Yaoundé, la vice-présidente nationale des Femmes du Mouvement pour la Renaissance (MRC) a été inculpée et placée en détention provisoire à la prison principale de Kondengui, neuf (09) jours après son interpellation.


                                             Michele Ndoki au Tribunal militaire rogne
Michèle Ndoki en attente du Commissaire du gouvernement au Tribunal militaire – (c) DR

Elle a été reçue par le Commissaire du gouvernement près le tribunal Militaire de Yaoundé, transférée du Groupement spécial des Opération (GSO) de la Gendarmerie où elle était gardée depuis le 26 février après son arrestation.

La militante politique restée souriante malgré tout, va passer sa première nuit dans cette prison où se trouvent depuis plus d’un mois Maurice Kamto, Christian Penda Ekoka, Alain Fogue, Albert Dzongang, Paul Éric Kingue, Célestin Djamen et l’artiste Gaston Serval Abe dit Valsero, tous accusés d’ « hostilité contre la patrie », « insurrection », entre autres, après les manifestations pacifiques du 26 janvier.

L’avocate au Barreau du Cameroun fusillée à « balles réelles », lors de ces manifestations de Douala dans le Littoral, disait déjà craindre cette machine juridico-politique qui s’abat sur l’opposition au Cameroun, en se cachant pour cicatriser ses plaies.

Cet autre feuilleton se déroule alors que les États-Unis et l’Union européenne appellent à la libération sans condition des prisonniers politiques au Cameroun, dont le leader Maurice Kamto.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Capture Fouelefack

    Affaire MRC : Un enseignant de l’Université du Havre réagit à l’emprisonnement de son « jeune collègue » au Cameroun

    Ngoh Ngoh ferdinand SGPR

    Sérail camerounais : Des ministres accusés de « haute trahison » par le secrétaire général de la Présidence