in

Une cinquantaine d’élèves surpris en pleine partouze à Kumba

Capture Partousz

Les faits inédits sont contés par notre confrère de Gazeti237. Une cinquantaine d’élèves ont été arrêtés à Kumba dans la Région du Sud-Ouest en plein ébats sexuel.

Capture Partousz
Image d’illustration (c) Droits réservés

Des vidéos obscènes où on y voit des apprenants engagés dans des deux sensuels et sexuels, drogue, cigarette… Ils sont une cinquantaine, constitués de filles et de garçons, si l’on s’en tient au récit de notre confrère de Gazeti237.

« Ces jeunes issus de divers établissements scolaires à la fois du secteur public et du privé se sont retirés à une heure de pause au quartier dit Barombi lieudit Water Fall à Kumba. Près d’un cours d’eau des filles toutes nues pour certaines, dansant buvant de l’alcool et se livrant à des parties de sexe dans leur cachette », renseigne notre source.

Interpellé par les forces de l’ordre, des stupéfiants ont été retrouvés à leur disposition. Les mis en cause « ont été surpris et arrêtés par les forces de maintien de l’ordre et mis à la disposition du délégué départemental des enseignements secondaires du département de la Mémé », apprend-on.

Dans la foulée, le délégué a porté les faits et les mis en cause à l’attention du préfet du département. Les autorités ont remis les élèves à leurs parents tout en instruisant que l’affaire soit minutieusement suivie et que des sanctions appropriées soient prises à leur encontre. Des faits qui surviennent alors que l’affaire des vidéos pornographiques au lycée bilingue de Kribi est encore au-devant de l’actualité.

Le phénomène est devenu presque légion dans les établissements scolaires au Cameroun. En novembre 2020, 9 élèves dont cinq filles et quatre garçons avaient été surpris en plain partouze à Douala.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Biyafam

Cameroun : Paul Biya annule le défilé du 08 mars 2021!

Campo le 12 septembre 2020

Les populations autochtones de Campo et Niete dénoncent l’occupation illégale de leurs forêts par la société Camvert