in

Un câbleur meurt après être tombé du haut d’un poteau au quartier Kondengui à Yaoundé

Cablor

Tous les efforts fournis pour tenter de sauver la vie au câblodistributeur ont été vains.

Cablor
Léopold Akono-capture 

Léopold Akono, plus connu sous le sobriquet « Papi », ne montera plus jamais sur un poteau électrique. La raison, après être monté pour effectuer son travail au quotidien, le câblodistributeur n’est pas descendu de son propre gré ce mardi 24 août 2021. L’homme à la quarantaine sonnée a fait une chute et a frappé sa tête sur le goudron, tel que le prouve les traces de sang filmées par Cam 10 Tv dans son édition du 20 hier.

Selon le reportage de la chaine que dirige Jean Jacques Ze, la scène s’est déroulée au quartier Kondengui à Yaoundé aux environs de 8 h 40 minutes. Les proches et collègues de Léopold l’ont conduit dans une structure sanitaire de la place où ils ont tout déployé pour essayer de le ramener à la vie. Mais à la surprise générale, ils seront informés aux environs de 14 h que ce dernier a rendu l’âme.

Pour approfondir :   Cameroun : Roundup de l’actualité hebdomadaire 

Au lieudit Carossel dans ce quartier qui abrite la prison centrale de la cité capitale, les populations sont en pleurs. Interrogé par Cam 10 Tv, un témoin révèle que le choc aurait été atténué si le câbleur avait pris certaines dispositions techniques d’usage avant de grimper le poteau : « Sûrement qu’il n’avait pas de sécurité et il n’avait pas de casque. Parce que s’il portait au moins le casque, ça pouvait le sauver… », regrette-il.

Pour sa part, l’un des collègues du défunt déplore, la qualité de l’accueil qui leur a été réservé lorsqu’ils ont amené à l’hôpital, la victime qui se trouve désormais dans le monde de l’au-delà.

Pour approfondir :   Armé d’un fusil de chasse, un sexagénaire débarque sa femme et ses enfants d'une église à Douala

Il s’est notamment offusqué de ce qu’au 21ème siècle, « l’on soit en manque des gants pour soin qui sont des éléments de basse échelle…C’est assez révoltant, c’est cynique… », pouvait-on entendre.

Le corps de sieur Akono a été déposé à la morgue en attendant les obsèques. Assistant à cette scène macabre, un vieil homme, membre de la famille du défunt qui se tortillait de douleur arrivait à répéter ces paroles en sanglots : « c’est maintenant que je confirme que tout travail a les risques ».


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

recherche sci madeleine tchuente

Madelène Tchuinté lance un appel d’offres pour l’achat et l’installation des rideaux dans son bureau à hauteur de 15 millions de FCFA

Atamod

Rentrée scolaire 2021-2022 : Le ministre du Commerce interdit la vente des livres dans les écoles