in

Troisième mandat d’Alassane Ouattara : Guillaume Soro appelle les Africains « à combattre les présidents à vie »

Soman

L’opposant ivoirien estime que le troisième mandat d’Alassane Dramane Ouattara est en « violation » de la loi fondamentale de l’Etat.

Soman
Guillaume Soro (c) Droits réservés

La prestation de serment d’Alassane Dramane Ouattara a lieu ce jour en Côte d’ivoire en présence des personnalités du pays, des invités aux rangs desquels, de nombreux chefs d’Etats africains et personnalités étrangères.  

Or, pour Guillaume Soro, « M. Ouattara en violation de l’article 55 de la constitution, prend le risque insensé d’enfoncer la Côte d’Ivoire définitivement dans le désordre et l’instabilité permanents. Il ne reste plus qu’aux démocrates de se relever ! », dénonce le président du GPS sur twitter.

À en croire l’analyse de l’ancien président de l’Assemblée nationale ivoirienne, la démocratie est la panacée à tous les maux : « Le seul remède à l’instabilité demeure la démocratie. Ce n’est pas en ostracisant le peuple et certains fils de la CI qu’on construit la paix. Penser que la venue de Chefs d’Etat à une investiture illégale et illégitime, inconstitutionnelle, est gage de reconnaissance est un leurre », estime-t-il.

Pour approfondir :   Le Général Camille Makosso a trouvé une femme camerounaise

Pour illustrer les raisons pour laquelle Ouattara n’aurait dû ne plus se représenter, l’ancien Premier ministre brandit le cas de Jacob Zuma : « J’ai vécu nombre de situations similaires. Par exemple, J’étais moi-même personnellement présent à l’investiture du Président Jacob Zuma en Afrique du Sud ! Que de chefs d’Etat présents se bousculaient les uns les autres, juste pour une audience !  Le président Zuma, élu conformément à la constitution sud-africaine, a pourtant été contraint à la démission le 14 février 2018 (notez la correspondance des dates), avant le terme de son mandat », illustre-t-il.

Cela n’étant pas fait, l’ancien rebelle s’insurge : « Je regrette que la forfaiture du 3ème mandat se prolonge en Côte d’Ivoire et donne ainsi le pire exemple de l’histoire de la sous-région ouest-Africaine », déplore-t-il.

L’exilé politique est toutefois convaincu que c’est du peuple que viendra le changement tant attendu : « Je demeure convaincu que le Peuple de Côte-d’Ivoire a son avenir entre ses propres mains et que, unis contre la forfaiture, les Ivoiriens fonderont l’Etat de droit et la démocratie qui sont leurs plus légitimes et nobles aspirations », pense-t-il.

Pour approfondir :   Côte d’Ivoire : Rencontre annoncée entre Alassane Ouattara et Laurent Gbagbo

Pour y parvenir, Guillaume Soro rassure ses frères Africains de la poursuite de son combat qu’il a entamé au début de cette année qui s’achève : « Je rassure tous les Ivoiriens que le combat engagé en cette année 2020 aboutira à une victoire du peuple souverain de Côte-d’Ivoire ! C’est le lieu d’appeler tous les peuples africains à résister fermement et à combattre contre les 3èmes mandats et les présidents à vie ! », a-t-il lancé sur twitter le dimanche 13 décembre 2020.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Waata

Paul Biya se fait représenter à l’investiture d’Alassane Dramane Ouattara

Calixthe Beyala dans les rues de la capitale camerounaise (c) DR

Calixthe Beyala : «Il y a autant d’homosexuels en Afrique que partout dans le monde»