in

Trois soldats camerounais trouvent la mort dans une embuscade tendue par des présumés séparatistes

Trois soldats camerounais trouvent la mort dans une embuscade tendue par des présumés séparatistes

Lebldparle.com de la SBBC qui cite lui-même des sources sécuritaires locales que quatre soldats du 21e Bataillon des fusiliers marins d’Ekondo, dans le Sud-Ouest, sont tombés dans une embuscade tendue par un groupe armé séparatiste en date du 14 février 2021 aux environs de 11 h, au village Bekora Barombi.

Trois soldats camerounais trouvent la mort dans une embuscade tendue par des présumés séparatistes
Image d’illustration (c) Droits réservés

Au cours de l’attaque, indique notre source, trois des quatre soldats ont trouvé la mort, tandis que le quatrième a été grièvement blessé et conduit à l’infirmerie d’Ekondo pour être mis sous soins intensifs.

Pour contrer l’activité des bandes armées dans la zone, la hiérarchie militaire a érigé un poste avancé à Bekora Barombi.

Le 26 novembre 2020, « une patrouille des soldats du 21e Bataillon des fusiliers marins est tombée dans une embuscade des séparatistes. Ces derniers ont ouvert le feu. Trois de nos soldats ont été tués », rapportaient alors les médias locaux citant Nwafua Lawrence Forwang, préfet du département du Ndian.  Cette attaque intervenait après celle du 19 novembre 2020 au cours de laquelle deux gendarmes et un civil ont été tués à Kissem dans le Bui, région du Nord-Ouest.

Depuis le début, en 2016, de la crise sociopolitique dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, l’armée a déjà perdu de nombreux éléments, soit à travers des engins explosifs improvisés, soit dans des embuscades, soit au cours d’affrontements avec des groupes armés séparatistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Des gendarmes et policiers camerounais interpellés à la suite de la diffusion d’une vidéo de torture sur un civil dans le Nord-ouest

    Des gendarmes et policiers camerounais interpellés à la suite de la diffusion d’une vidéo de torture sur un civil dans le Nord-ouest

    Cameroun – Coopération Brésil dans le domaine de la sécurité