in

[Tribune] Ouest-Cameroun: Il faut sanctuariser les chefferies

Luc Perry Wandji Arene

Le 20 janvier 2021, le préfet des hauts plateaux dans la région de l’Ouest Yampen Ousmanou a servi une deuxième mise en garde au Roi des Bamendjou. Une actualité face à laquelle chacun y va de son analyse. Dans une tribune publiée sur Facebook le jeudi 21 janvier 2021, le journaliste en service à la CRTV, Luc Perry Wandji pense qu’il faut sanctuariser les chefferies de l’Ouest Cameroun.


Luc Perry Wandji Arene
Luc Perry Wandji dans l’Arène – DR

En pays Bamiléké, ou plus globalement, à l’Ouest-Cameroun, la chefferie traditionnelle est probablement le plus signifiant et le plus significatif des vestiges de la résistance à la barbarie coloniale des années 50 et 60.

C’est le symbole institutionnel de l’irrévérence camerouno-bamiléké à l’arbitraire de l’ordre colonial français dans cette partie du pays.

C’est par-dessus tout, à la fois le rempart et le point d’encrage d’une communauté nombreuse qui écume les terres du monde, jusqu’à ses confins les plus lointains.

Pour approfondir :   Jean Crépin Nyamsi : « Il faudra dire à Guibaï que Samuel Eto'o n'est l'adversaire politique de personne »

S’attaquer à la chefferie traditionnelle ou à un chef traditionnel de l’Ouest, est une initiative pour le moins risquée!

Entendu que cela pourrait raviver les blessures en survivance dans les relations politiques entre l’Etat (depuis l’administration coloniale) et la nation (communauté Bamiléké).

S’en prendre à un monarque Bamiléké pour des opinions politiques peut, in fine, remuer le couteau dans les plaies béantes au sein de cette communauté, encore meurtrie par un génocide sans cesse nié, dont il a été victime, et qui tarde à s’incruster comme il se doit dans la mémoire collective des peuples du Cameroun, ainsi que la longue liste des nombreuses victimes de la sauvagerie française.

Avec délicatesse et sagesse, il faut œuvrer à sanctuariser la chefferie traditionnelle à l’Ouest du Cameroun.

Pour approfondir :   Martin Camus Mimb à Clotaire Nguedjio : « Je serai maintenant plus prudent et j'espère qu'on ne dira pas que je fais la grosse tête »

Elle concentre à elle seule, trop de symboles pour devenir un objet ou l’enjeu de querelles politiciennes de peu d’importance. Ne jouons pas avec le feu!

J’ose même dire, que dans le rapport à ce que les chefferies peuvent avoir de puissance mythique et de fonction mystique, il y a indubitablement une exception Bamiléké.

Ces données sociologiques et ces marqueurs anthropologiques que je relève devraient être pris en compte dans l’effort de pacification (que j’appelle de tous mes vœux) des rapports entre l’Etat et la nation dans l’ensemble du pays, et en particulier à l’Ouest du Cameroun.

LPW.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ndoker.JPG

Michèle Ndoki revient sur le boycott du MRC : « La décision a été prise de façon unilatérale par un ou quelques membres du parti »

Lakol

Cameroun : Après la descente de Paul Atanga Nji et la menace infligée à Sa Majesté Jean Rameau Sokoudjou, le Laakam s’indigne