in

Sommet USA/Afrique: Le président Nigerian Goodluck Jonathan subit le test Ebola

Goodluck
Presidential Check up Photo: © Nigerian Mirror

Goodluck

Dès son arrivée dans la capitale des Etats-Unis d’Amérique, le président nigérian et les membres de sa délégation ont subi le test de dépistage du virus Ebola, avant tout contact avec les Américains.

Selon le site d’information Nigerian Watch, le président de la République fédérale du Nigeria aurait été prévenu par les autorités médicales américaines qu’il subirait un test de contamination par le virus Ebola dès sa descente d’avion à Washington. La mesure prise dimanche dernier vise, selon ce confrère, à préserver le peuple américain de cette épidémie qui décime les populations en ce moment en Sierra Léone, en Guinée et au Libéria. Et justement dès son arrivée à Washington, Goodluck Jonathan, le numéro un nigérian et les membres de sa délégation constituée de plusieurs ministres ont été consultés par des médecins américains, rapporte le même site d’information. Le quotidien français Le Figaro révèle dans sa publication d’hier mardi, que le chef de l’Etat américain Barack Obama a clairement expliqué que toutes les précautions doivent être prises pour éviter toute contamination du peuple américain. « Nous nous assurons que nous faisons des contrôles là-bas quand ils quittent (leur) pays. Nous ferons des contrôles supplémentaires ici», avait alors confié Barack Obama vendredi dernier à notre confrère Le Figaro, lors d’une conférence de presse.

La détermination des médecins américains de faire subir le test au chef de l’Etat nigérian tiendrait du fait que la semaine dernière, un Sierra-Léonais parti de Monrovia avec escale à Lomé au Togo aurait succombé à Lagos, terrassé par le virus Ebola. Les présidents sierra-léonais et libérien ont dû annuler leur participation à ce sommet, pour mieux se consacrer à la lutte contre cette épidémie dans leurs pays, renseigne le quotidien français. Mais tous les membres des deux délégations envoyées par les deux chefs d’Etat absents ont subi le test dès leur descente d’avion à Washington. La semaine dernière, plusieurs compagnies aériennes ont annoncé la suspension de leurs vols vers la Sierra Léone. Cette maladie a déjà fait plus de 800 morts et continue de faire des ravages, selon l’Organisation mondiale de la santé (Oms). La mort le 25 juillet dernier à Lagos au Nigeria d’un fonctionnaire sierra-léonais du ministère des Finances parti de Monrovia pour Lagos avec escale à Lomé au Togo a donné des sueurs froides à l’opinion publique ouest africaine. La triste nouvelle a aussitôt fait le tour de la sous-région, obligeant les responsables de la compagnie aérienne panafricaine Asky, à annoncer l’interruption de ses liaisons avec la Sierra Léone et le Libéria jusqu’à nouvel ordre.

Pour approfondir :   Crise anglophone : L'union Européenne met en garde l'état camerounais

France 24 dans son édition d’information de mardi matin annonçait la tenue dans les prochains jours, d’une réunion d’urgence entre les responsables de l’Organisation mondiale de la santé(Oms) et ceux de l’Organisation de l’aviation civile internationale (Oaci) dans la capitale guinéenne (Conakry). Cela pourrait permettre de prendre des mesures adéquates pour éviter la propagation du virus dans d’autres pays par les voies aériennes, mais aussi de traquer le mal qui tue sans distinction.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Paul Biya Discours

Bavure langagière: Paul Biya assimile les nationalistes et l’opposition à Boko Haram

pretre pedophile

Cameroun – Pédophilie: le Pape exclut des prêtres dans la région de l’Est