in

Sismondi Barlev Bidjocka revient à la charge contre le Mincom : «René Emmanuel Sadi est un menteur»

Sadi Bidjocka

Réagissant au communiqué de Réné Emmanuel Sadi, Sismondi Barlev Bidjocka maintient sa version des faits et demande au Mincom de montrer les vidéos de son passage dans son bureau.

Sadi Bidjocka
René Emmanuel Sadi, Sismondi Barlev Bidjocka (c) Lebledparle.com

Pour avoir affirmé dans son éditorial du lundi 3 août que le ministère de la Communication a reçu 8 milliards de FCFA dans le cadre de la lutte contre la Covid-19, Sismondi Barlev Bidjocka a selon ses dires été victime de séquestration et de tortures de la part de Réné Emmanuel Sadi dans la même soirée. Des révélations que le porte-parole du gouvernement a démenti dans un communiqué publié hier.

Suite à ce démenti, le journaliste a fait une nouvelle sortie ce mercredi 5 août 2020 au cours de laquelle il fait passer l’ex Minat pour un mythomane.

«Il y a des mots que mon éducation m’interdit d’utiliser pour parler des personnes âgées. Mais face à un certain nombre d’attitudes, je suis obligé», entame l’homme de médias.

Pour approfondir :   Sinistre de Bafoussam : Dieudonné Essomba accuse les « rapports de conflits » entre l’Etat et les citoyens

Dans sa mise au point publiée hier, le ministre de la communication écrit «Contrairement aux allégations mensongères diffusées par un journaliste, le MINCOM n’a jamais reçu quelque milliards que ce soit ; …ni ce journaliste, ni ses enfants, nul n’a fait l’objet de maltraitance , encore moins de séquestration dans le cabinet  du Ministre de la communication», rappelle le promoteur de RIS FM.

«Je suis désolé de le dire, mais Monsieur Sadi Emmanuel est un menteur ! c’est un gros menteur, et je le dis avec des preuves. Tous les cabinets et bureaux des ministres ont des caméras de sécurité. Alors, je demande à SADI de faire regarder ses vidéos de sécurité ce soir-là entre 17h et 20h30.Je dis bien de son bureau ! Avec une telle attitude, je vous laisse imaginer, si j’avais été tué ce soir-là avec mes enfants, on aurait dit que je ne suis même pas passé là-bas ! vous voyez comment des assassins peuvent faire disparaître les gens?». Rappelle-t-il avant de conclure, 

«si ce monsieur a peur de Dieu, un petit peu, qu’il nous montre les vidéos de son bureau ce jour-là».


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

images amougou belinga

Cameroun : Jean Pierre Amougou Belinga interdit de sortir du territoire  

  Cameroun :  Les épreuves écrites du probatoire d’enseignement général ont débuté ce matin !