in

Roch Kaboré : « J’invite ceux qui ont pris les armes à les déposer dans l’intérêt Supérieur de la Nation »

Kabore Roch Marc Christian

Arrêté et détenu par les militaires, le président  du Burkina-Faso s’exprime en tweet sur ce qui se déroule dans son pays.

Kabore Roch Marc Christian
Roch Marc Christian Kaboré , président du Faso en détention par les mutins dans un camp militaire – DR

Le président démocratiquement élu du Faso souhaite qu’on garde les acquis démocratiques du pays et il invite les militaires à déposer les armes. « Notre Nation vit des moments difficiles.  Nous devons en ce moment précis sauvegarder nos acquis démocratiques. J’invite ceux qui ont pris les armes à les déposer dans l’intérêt Supérieur de la Nation. C’est par le dialogue et l’écoute que nous devons régler nos contradictions », a-t-il écrit ce lundi 24 janvier 2021.

 

Le parti politique au pouvoir parle de recul de la démocratie. « Notre démocratie est en péril, nous sommes en train d’assister à un recul de notre pays dans ses fondamentaux vitaux. Notre démocratie et le refus de l’arbitraire acquis dans la sueur et le sang des filles et fils du pays sont en train d’être pris en otage par un groupe d’hommes armés aux desseins inavoués », écrit le MPP.

Pour approfondir :   Dimitri Touko Kom : « La France exerce sur l’Afrique une prédation politique et économique »

La presque chute de l’actuel président est diversement apprécié par l’opinion publique. Une partie pense qu’il ne faut pas revenir à la militarisation après l’épopée de Sankara, Kadafi, Rawlings etc. d’autres pensent par contre que le putsch du Faso traduit la faiblesse des institutions politiques.

Les mutins vont-ils entendre le message du président Roch Marc Christian Kaboré ?


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comores Ali

Alors qu’il a été testé négatif, la CAF interdit finalement au gardien comorien Ali Ahamada de se rendre au stade

Dom perignon

[Tribune] Georges Alain Boyomo : « certains Camerounais, « nouveaux riches », se situent au degré zéro de la morale »