in

Poursuivie pour avoir écrit un livre sur les mariages forcés : ce qu’il faut retenir du procès de la jeune Marzouka Oummou Hani

La toute fraîche lauréate au baccalauréat et auteure du livre « Mon père ou mon destin », a comparu devant le tribunal de première instance de Ngaoundéré dans la matinée du 21 juillet 2023.

Pere ou destin
Une jeune romancière devant le procureur (c) Droits réservés

Marzouka Oummou Hani a comparu devant le juge aux environs de 10H30. Elle était assistée de Me Koulagna, collaborateur de Me Deugoue, l’un des membres du consortium d’avocat (environ 10 avocats) qui a décidé d’assurer la défense de la jeune romancière. Selon les informations obtenues par Lebledparle.com, le tribunal était constitué du juge M. Nyobe, Magistrat hors échelon et du représentant du Ministère public. La présence du plaignant, Mohaman Ahman, chef du village Idool n’était pas en reste. Ce dernier, était accompagné de son avocat Me Kassiya.

La localité d’Idool a été choisi comme cadre spatial de l’histoire racontée par la jeune écrivaine. Apparemment vexé par le contenu de ces écrits, le chef de ce village a servi à l’auteure qu’il accuse de diffamation. Il lui reproche notamment, d’avoir dépeint dans cette œuvre, des réalités erronées qui porteraient atteinte à la réputation du village. Le roman de Marzouka Oummou Hani, dénonce les pratiques patriarcales oppressives de la jeune fille telles que les mariages forcés, les violences conjugales, le machisme, les superstitions et la liste est non exhaustive.

Pour approfondir :   Cameroun : Un livre qui fait l’apologie de l'Ambazonie retiré du programme scolaire

L’arbitrage du délégué régional du Minac de l’Adamoua

Dans une correspondance adressée au ministre de la Culture, le délégué de la Culture de la région concernée par l’affaire a décidé de donner raison au Chef de village après dit-il « avoir écouté les deux parties ». Il estime que le livre doit être retiré du marché et réédité avec un contenu modifié. Mohaman Ahman le plaignant, réclame à l’auteure de 17 ans et à son éditeur, 150 millions de Fcfa de dommages. Le procès a été reporté au 17 août prochain. Affaire à suivre….

Pour approfondir :   Martin Camus Mimb s'explique après la publication d’une vidéo sextape enregistrée dans son bureau

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cameroun

Mathias Eric Owona Nguini : « On ne joue pas un match décisif comme Cameroun-Burundi en dehors de Mfandena »

Nanjip

Cabrel Nanjip a entamé son dernier voyage ce vendredi 21 juillet 2023 : les premières images