in

Pénurie de carburant : Me Sikati Désiré répond à Bruno Bidjang

La réponse s’est faite à travers une publication sur sa page Facebook, le mardi 12 décembre 2023, comme l’a noté Lebledparle.com.

Sikati

Le Cameroun traverse un moment marqué par la pénurie du carburant à la pompe. Dans une sortie vidéo, le journaliste Bruno Bidjang donne des explications sur les causes de l’absence du carburant. L’Avocat Me Sikati trouve juste les explications du Directeur des médias du Groupe L’Anecdote, mais déplore le fait qu’il n’a pas tiré les bonnes conclusions.

Lebledparle.com vous propose le texte intégral de Me Sikati Désiré

Bruno Bidjang pourquoi vous abstenez vous de tirer les bonnes conclusions de vos excellentes explications sur les causes de la rupture du carburant à la pompe au Cameroun.

Je viens d’écouter une vidéo dans laquelle notre compatriote Bruno Bidjang le journaliste, explique la rupture du carburant à la pompe par le fait qu’au regard du non-paiement spontané de leurs factures, les fournisseurs de l’État exigent désormais être payés avant livraison.

Poursuivant son analyse, Bruno Bidjang justifie le défaut de paiement de l’État du Cameroun par des tensions de trésorerie dûes entre autres au financement de la guerre dans le NOSO.

Je tire un coup de chapeau à monsieur BIDJANG d’avoir su dire la vérité aux Camerounais, contredisant ainsi le ministre de l’énergie qui dans un mensonge ubuesque a déclaré dans son communiqué que les bateaux en direction du Cameroun rencontrent des difficultés liées à la Météo océanique qui ne facilite pas la navigation maritime; comme si les bateaux qui livrent le carburant dans les pays autres que le Cameroun ne feraient pas face aux mêmes contingences océaniques.

Pour approfondir :   Pr Messanga Nyamding : « Le président de la République est pris en otage par certains de ses collaborateurs… »

Par contre, je reproche à Bruno Bidjang de n’avoir pas eu le courage de dire que pour économiser l’argent de la guerre du NOSO, il suffit d’opter pour un règlement pacifique de cette crise.

En effet cette solution permet  à l’Etat de faire des économies budgétaires et d’être alors capable de payer ses fournisseurs en  carburant en temps et en heure sans jongleries.

Bruno BIDJANG en s’abstenant de proposer cette alternative,  a implicitement demandé aux Camerounais peut être sans s’en rendre personnellement compte, d’intégrer désormais la rupture du carburant dans leur mode de vie.

Pour approfondir :   Un Cameroun atteint un total record de 460 000 refugiés sur son territoire

Or ça aucun Camerounais normal ne saurait l’accepter pas même Bruno Bidjang.

Comme pour dire à monsieur Bidjang que quand nous disons la vérité, ne nous arrêtons pas en chemin au risque de jouer à Ponce Pilate.

Enfin Bruno Bidjang a dit que l’État subventionne le carburant. Certes les représentants de l’État le soutiennent aussi, mais je suis au regret de dire à Bruno qu’au Cameroun l’État surtaxe plutôt le coût du carburant si je prends en compte le prix du litre au prorata du prix du baril sur le marché mondial.

D’ailleurs plusieurs pays africains vendent leur carburant à la pompe moins cher que le Cameroun sans aucune subvention.

NB: Le prix du litre de carburant sur le marché mondial est d’environ 270 FCFA.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cacao

Une usine de transformation du cacao en gestation à Ebolowa

Bomo Ntimbane C

Christian Bomo Ntimbane : « Le problème du Cameroun, c’est la faiblesse du pouvoir judiciaire »