in

[Opinion] Un parti politique n’est pas un dépotoir des frustrations

Dans un texte publié sur son compte Facebook, le mercredi 17 mai 2023, Me Amedee Dimitri Touko Tom analyse le sujet du mélodrame que constitueraient une ou quelques démissions dans un parti politique. En de mots simples et mieux agencés, l’avocat et analyste politique, ancien cadre du SDF a résumé son ressenti de la démission du Mrc de Sosthene Medard Lipot et l’apparente polémique que certains veulent entretenir au sujet de la réaction de certains de ses désormais anciens camarades à ses abondantes tentatives de justification de cet acte.

Touko Kom Amedee tribune
Amédée Dimitri Touko Tom, Analyste politique - DR

Lebledparle.com vous propose de lire l’argumentaire du juriste

Les démissions font partie de la vie d’une association politique. Très souvent malheureusement, elles s’accompagnent de diatribes saillantes de la part des démissionnaires, contre des associés d’hier, lesquelles engendrent souvent des ripostes, non moins saillantes de ces derniers.

Le démissionnaire essaye d’expliquer, de justifier sa démission, en dépeignant une situation d’incurie qui à ses yeux justifie son départ. Ceci est normal et peut même procéder de la nécessaire critique politique…

Mais la réalité de ces démissions est souvent le fait d’un militant qui se soustrait de l’ensemble, parce qu’il n’a pas réussi à agréger la majorité à une idée. Inapte donc à réformer les choses selon sa vision du monde, il décide de démissionner, de capituler… De ce point de vue, c’est un échec, qu’il tente malicieusement de présenter comme l’échec de toute l’organisation.

Pour approfondir :   Fo'o sokoudjou : « Le peuple côtoie la misère, la souffrance au quotidien sous le regard méprisant des dirigeants qui vivent dans une richesse insolente »

Mais ce que l’opinion tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du parti comprend moins, c’est que le démissionnaire essaye de présenter l’organisation à laquelle il appartenait hier, comme un machin stupide qui inéluctablement s’écroulera… Mieux que les adversaires naturels du parti, il met un soin à choisir des expressions chocs, qui vont toucher l’opinion. Il va même plus loin en prédisant la bérézina politique…

Il part de l’analyse politique à la voyance…

Cette attitude inéluctablement suscite chez les militants et sympathisants des partis ainsi attaqués, un comportement d’auto-défense, face à ce qu’ils considèrent souvent comme un acte de trahison, surtout quand ils soupçonnent chez celui qui part, l’envie de ruiner l’édifice.

En réalité, au-delà de la conquête du pouvoir, un parti politique est quelque chose d’encore plus important dans la vie des gens. C’est un véritable catalyseur d’espoir pour des peuples en quête de liberté, d’égalité, et de prospérité.

Pour approfondir :   Crise anglophone : Un militaire entre les mains des sécessionnistes

L’Homme politique a le devoir de faire naître cet espoir, de le construire, de l’entretenir, car des vies tiennent souvent à ce seul ESPOIR. C’est donc toujours une faute de tenter de le fragiliser sans proposer une alternative crédible.

Un parti politique n’est pas un dépotoir des frustrations, il est au contraire, la religion de l’optimisme et de l’espoir.

Amedee Dimitri Touko Tom

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bomo Ntimbane Christian toge

Christian Bomo Ntimbane : « au Cameroun, il n’y a pas de pouvoir exécutif »

Lions U23 Pantheres

Le Gabon disqualifié, le Cameroun n’est pas encore à la Can U23