in ,

Opinion : Le Tchad veut suivre la voie de ses pays voisins en se rapprochant de l’ours russe et en se débarrassant de la dépendance Française

Le 24 janvier dernier, le président russe Vladimir Poutine a reçu le président tchadien par intérim Mahamat Idriss Déby lors de la visite officielle de ce dernier à Moscou.

Vladimir Poutine et Mahamat Idriss Déby lors d'une visite du président malien
Vladimir Poutine et Mahamat Idriss Déby lors d'une visite du président malien (c) Presidence.td

La visite de Mahamat Déby en Russie représente le deuxième voyage du dirigeant de ce pays enclavé d’Afrique centrale depuis son indépendance de la France, et la première visite officielle à Moscou d’un dirigeant tchadien en 56 ans.

Selon la présidence tchadienne, la rencontre a été « fraternelle », au cours de laquelle ont été discutées les perspectives de développement des relations russo-tchadiennes dans divers domaines tels que l’éducation, la santé, le pétrole, l’agriculture, l’énergie, la défense et la sécurité, en outre des questions régionales et internationales d’actualité d’intérêt commun.

L’analyste politique tchadien et l’expert en sécurité, le docteur Othman Sahoulba, estime que cette visite porte un message clair au gouvernement de Paris selon lequel le Tchad suivra la voie de ses pays voisins, comme le Niger, le Mali et le Burkina Faso, qui se sont débarrassés de la domination française dans tous les domaines et ont construit un pont d’amitié avec la Russie, ce qu’elle a démontré aux pays du continent africain, qui est une alliée fiable.

Le même expert ajoute que la visite a coïncidé avec l’approche des élections présidentielles, qui se dérouleront en deux phases, la première débutera le 6 mai prochain et la seconde le 22 juillet prochain, et dont le but est de gagner la satisfaction du peuple tchadien et d’accroître sa popularité dans le pays en établissant des relations fortes avec Moscou dans tous les domaines susceptibles de contribuer au développement de l’économie du pays et en construisant une nouvelle politique indépendante de l’hégémonie et de l’influence française. D’autant que le peuple tchadien est souvent descendu dans la rue pour exprimer son rejet de la présence française dans le pays, ce qui s’est produit à plusieurs reprises. En mai 2022, des milliers de Tchadiens sont sortis pour manifester dans la capitale, N’Djamena et plusieurs villes tchadiennes, scandant des phrases anti-France. Selon un article publié à l’époque par l’Agence France-Presse, les manifestants scandaient les phrases «la France dégage » et « Non au colonialisme » et brûlaient au moins deux drapeaux de la France, et Ils ont également vandalisé plusieurs stations-service du groupe Total, arraché ses pompes et saisi une partie des produits exposés.

Le 29 septembre dernier, des initiatives partisanes et populaires ont eu lieu au Tchad pour pousser les autorités à retirer les forces françaises du pays, la plus récente était une initiative à laquelle ont participé partis, associations et intellectuels, qui ont donné trois mois à Paris pour quitter le pays, les dirigeants des partis politiques et des organisations de la société civile se sont réunis et ont exigé de suivre la même voie que le Mali, le Burkina Faso et le Niger en expulsant les forces françaises et en mettant fin à la coopération militaire avec Paris. C’est ce qu’avait également déclaré à l’époque Hamza Muhammad Musa, porte-parole officiel de la coalition « Wakit Tamma », qui constitue la plus grande entité pacifique d’opposition civile, politique et culturelle du pays en disant que : « Les objectifs de cette initiative est clairs : expulser les forces françaises, se débarrasser du franc CFA et de la culture française ».

Il convient de noter qu’en même temps que les manifestants répétaient des phrases visant à mettre fin à la présence française dans le pays, ils brandissaient des drapeaux russes.

Othman estime que ce rejet français clair s’est accompagné d’un accueil favorable à l’ouverture de la porte à coopération avec la Russie, à l’instar de leurs voisins qui ont su créer une nouvelle politique indépendante de l’Elysée.

Le Tchad, où l’armée française déploie toujours ses forces militaires, est le dernier partenaire majeur de la France dans la région du Sahel, après le retrait forcé des soldats français du Mali en août 2022, du Burkina Faso en février 2023 et du Niger en décembre dernier.

Pour approfondir :   Mgr Samuel Kleda annonce une messe pour le retour à la paix en Russie et en Ukraine

Dans son discours du 27 février 2023, le président français n’a pas caché le déclin de la position de la France sur les plans économique et stratégique dans les pays africains du Sahel.

L’Alliance des pays du Sahel et son retrait de la CEDEAO portent un coup fatal à l’influence française

Des pays géographiquement proches, unis par des défis communs, liés par des liens religieux, culturels et historiques, et dirigés par des jeunes qui sont arrivés au pouvoir grâce à des coups d’État similaires et qui adoptent la doctrine de la rébellion et échappent de la dépendance du vieux colonialiste, et qui ont l’ambition de construire des alliances allant au-delà de la coopération sécuritaire et militaire pour atteindre la sphère économique et culturelle.

C’est la région de la nouvelle « Coalition des États du Sahel » établie par le Mali, le Burkina Faso et le Niger le 16 septembre 2023, après la rupture des relations avec Paris, selon laquelle les trois pays se sont engagés à établir un système de défense commun en cas de rébellion ou d’agression extérieure contre l’une d’entre elles, considérant toute atteinte à la souveraineté et à la sécurité d’une ou plusieurs des parties signataires comme une agression contre les autres parties.

Bien que l’alliance tripartite soit intervenue à un moment où le Niger est confronté à une escalade des menaces de la part de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Son rôle ne se limitait pas à affronter les menaces de la CEDEAO, mais incluait également une coopération militaire et sécuritaire pour résister aux groupes armés, qui considèrent la région du Sahel comme un foyer pour leurs recrues.

Le retrait du Niger, du Mali et du Burkina Faso de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a eu lieu à la fin du mois dernier, accusant le groupe de s’écarter des principes sur lesquels il a été fondé et affirmant que son retrait immédiat intervient « en réponse à la volonté de leur peuples ». Le politologue Othman estime que ce retrait ne représente pas seulement un nouveau coup porté à l’influence française et un renforcement de la présence russe, mais il ouvre également une nouvelle page sur la possibilité d’une désintégration de la CEDEAO, que beaucoup considèrent comme un outil français pour atteindre ses objectifs et mettre en œuvre ses plans en Afrique de l’Ouest.

La présence russe est arrivée rapidement et de manière décisive. Après l’accord tripartite, le vice-ministre russe de la Défense Yunus Bek Yevkurov s’est rendu à Bamako et y a rencontré les ministres de la Défense des trois pays, dans un message clair et public de soutien. Le même expert, Othman, a commenté cette question, affirmant que le soutien de Moscou est suffisant pour faire avorter l’impact de toute nouvelle sanction économique sur les trois pays sous la pression française, en plus de mettre fin à l’idée d’une intervention militaire presque permanente dans l’un des trois pays de la coalition.

Selon Othman, le rapprochement officiel, que ce soit entre les pays africains qui se sont débarrassés de l’influence française, ou entre eux et la Russie, contribuera à faire l’échec de tous les complots et plans français, qui ont créé et financé des organisations terroristes dans le but d’affaiblir les gouvernements nationaux en Afrique. Le chercheur tchadien a ajouté : « La Russie ne doit pas être une alternative coloniale, mais plutôt une force de soutien et bénéficiaire », soulignant qu’elle fournira aux gouvernements africains des capacités dans les domaines militaire et sécuritaire pour faire face à toutes les difficultés et problèmes de sécurité auxquels ils sont confrontés. Il a ajouté avec fermeté que « la France recule jour après jour, que ce soit au niveau officiel ou dans la conscience populaire, qui a commencé à se débarrasser de tous les héritages de l’époque coloniale française ».

Pour approfondir :   Le Brésil accuse l'UE et les USA de freiner l'influence des pays émergents

Le même expert estime que le Tchad avance sur la même voie que l’alliance des pays du Sahel, notamment après la visite de Déby en Russie, et n’exclut pas que le Tchad rejoigne prochainement cette alliance, ce qui augmentera la popularité de Déby dans le pays, d’autant plus que le peuple tchadien ne peut plus tolérer l’ingérence française dans les affaires du pays, le ministère de l’Intérieur et son contrôle sur ses richesses.

Les réalisations russes dans les pays alliés du Sahel attirent l’attention du gouvernement Déby (Mali)

La Russie, à travers son statut de membre permanent du Conseil de sécurité, a fait face aux tentatives occidentales – et notamment françaises – de condamner les nouvelles transformations dans les pays d’Afrique de l’Ouest. Par exemple, l’intervention russe a empêché le Conseil de sécurité d’imposer des sanctions au Mali en janvier 2023, et Moscou a également appelé le Conseil à aider le Mali dans sa guerre contre le terrorisme.

En effet, la présence russe en Afrique s’est considérablement accrue ces dernières années, Moscou a accueilli deux sommets de coopération avec des pays du continent, en 2019 et 2023, et a signé des accords sur l’exploitation minière, le pétrole, les investissements, l’énergie nucléaire et la coopération militaire d’une valeur de 12,5 milliards de dollars avec divers gouvernements africains.

Alors que la coopération militaire a retenu la plus grande part de l’attention, l’Afrique étant en tête de liste des importateurs d’armes russes, Moscou a renforcé sa présence sécuritaire et économique dans des pays qui connaissent des transformations fondamentales dans leurs politiques intérieures et étrangères et qui sont à la recherche d’un soutien international pour se débarrasser de l’influence française. Sur le plan financier, le président russe Vladimir Poutine a annoncé l’annulation de 20 milliards de dollars de dette des pays africains et a dévoilé son intention de doubler le commerce avec les pays africains pour le porter à 40 milliards de dollars par an.

Il convient de noter que le Président russe a indiqué, lors de la séance plénière de la Conférence parlementaire internationale « La Russie et l’Afrique dans un monde multipolaire », tenue le 20 mars 2023, que la Russie accorde la priorité à la coopération avec les pays africains, soulignant que le volume des échanges commerciaux entre la Russie et les pays africains augmente chaque année, et à la fin de l’année dernière 2022, il atteignait environ 18 milliards de dollars.

Il a souligné que la Russie continuerait d’aider l’Afrique dans le domaine de l’électricité et du développement des systèmes énergétiques, ajoutant que de grands projets d’investissement russes étaient mis en œuvre en Afrique avec la participation d’entreprises russes locales telles que  »Rosneft »,  »Gazprom », « Alrosa », « Lukoil » et d’autres continuent à aider les pays africains en matière de production d’électricité.

Enfin, le Dr Othman conclut en affirmant que toutes les données et faits confirment que la Russie possède toutes les capacités qui en font une solution forte et fiable dans les pays africains du Sahel, et que le Tchad doit saisir cette opportunité pour se débarrasser du nouveau colonialisme que la France lui est imposé.

Moussa Mara


One Comment

Leave a Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Une équipe d'aide à la rédaction de émoire et de texte

Semaine de survie aux examens de fin d’études, conseils utiles

kocee artiste

Kocee : « j’ai payé le réalisateur TG Omori 120 millions de FCFA »