in

Opération Epervier : Les fils de Mebe Ngo’o et de Nganou Djoumessi soupçonnés de détournement de fonds publics

Ndjoumesi et Mebe Ngoo

Cette information est traitée par le bimensuel La Lettre du Continent  dans son numéro du 15 mai 2019, a constaté Lebledparle.com.

Ndjoumesi et Mebe Ngoo
Emmanuel Nganou Ndjoumessi et Edgar Alain Mebe Ngo’o (c) Droits réservés

Deux fils de l’ancien ministre Edgard Alain Mebe Ngo’o et celui de Emmanuel Nganou Djoumessi, l’actuel ministre des Travaux publics sont dans le viseur du Tribunal criminel spécial (TCS).

Dans son édition du 15 mai 2019, le bimensuel La Lettre du Continent se souvient que « en avril dernier, David Nkoto Émane, l’ancien directeur général de la société publique de télécommunications CAMTEL, a été interrogé dans le cadre d’une affaire de corruption liée au projet CAMTEL Mobile Network (CMN). David Nkoto Émane était accompagné de son collaborateur Boris Judicaël Nganou, qui avait levé un emprunt extérieur de 3 milliards FCFA, via l’État camerounais, pour porter ce projet. Ce dernier se trouve être le fils de l’actuel ministre des Travaux publics, Emmanuel Nganou Djoumessi ».

Bien avant lui, deux fils de l’ancien ministre de la Défense, Mebe Ngo’o, actuellement en prison sont passés devant les enquêteurs du TCS. « … le 21 mars, le TCS a entendu Lionel Thierry Nkoulou Mebe et Jean Philippe Mebe Ngo’o, deux fils de l’ancien ministre de la Défense Edgar Alain Mebe Ngo’o, actuellement poursuivi pour la surfacturation présumée d’un marché de livraison de matériels militaires effectués par l’entreprise française MagForce International. Depuis début mars, Edgar Alain Mebe Ngo’o et son épouse Bernadette Mebe Ngo’o sont placés en détention préventive à la prison centrale de Yaoundé (Kondengui) pour ce dossier. La justice soupçonne les deux enfants d’y être mêlés », révèle le média français.

Pour approfondir :   Accusé d’avoir levé les fonds aux élections législatives, Abel Elimbi Lobé répond et tacle le MRC


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

clement Atangana conseil constitutionnel

Chronique : « Il est impossible de prouver sa victoire devant le conseil constitutionnel au Cameroun »

Tibor Nagy et Paul Biya

Simon ONGOLA OMGBA : « L’annonce du dialogue à Bamenda par le Premier ministre est le couronnement du volontarisme du chef de l’État »