in

Opération Epervier : Les Avocats d’Amadou Vamoulké demandent sa libération provisoire

Vam Cam

Avec la présence du Coronavirus en prison, la santé de l’ancien DG de la CRTV est en danger et ses Avocats pour le prémunir souhaitent qu’il soit libéré de manière provisoire.


Vam Cam
Amadou Vamoulké et ses Avocats – DR

« Cette fois-ci, on est rentrés dans le vif du sujet, c’est-à-dire qu’on a commencé à entendre les témoins de l’accusation. Nous demandons qu’il soit mis en liberté provisoire, parce qu’aujourd’hui on a un argument de poids. C’est-à-dire qu’il y a ce monsieur coronavirus qui sévit là-bas en prison. Il y a déjà des morts. Et les mesures barrières sont impossibles dans des prisons qui sont déjà surpeuplées. Tout le monde le sait. Ils sont dix dans sa cellule. Dix ! Dans des cellules de 20 m² ! Comment pouvez-vous pratiquer la distanciation ? », explique Me Alice Nkom au micro de Jeanne Richard de RFI.

Pour approfondir :   Guibai Gatama : « La responsabilité du constat de la vacance revient à une assemblée générale extraordinaire de la Fecafoot »

Selon maître Alice Nkom, son procès interminable est bien le signe que le dossier est vide sur le fond. Elle dénonce un procès politique et plaide la relaxe.

C’est la 30e fois que l’ex-directeur général de la radiotélévision publique camerounaise (CRTV) se présente devant le Tribunal criminel spécial (TCS) de Yaoundé (selon RSF). Amadou Vamoulké, accusé de détournement de fonds, est depuis près de quatre ans en détention préventive. Reporters sans frontières vient de saisir le rapporteur spécial de l’ONU sur le droit à la santé pour demander une intervention humanitaire et obtenir la remise en liberté d’Amadou Vamoulké.

Pour approfondir :   Cameroun : L'Hon. Rolande Ngo Issi prend la défense des instituteurs marginalisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Malachie Camer

Manaouda Malachie : « Le MRC n’est jamais venu avec un don »

Joshua osih et Nourane

Joshua Osih met en pièces, Nourane Foster : « Le rôle du député n’est pas de descendre dans la rue »