in

Olivier Bilé : « L’Afrique ne sera pas un champ d’expérimentation de vaccins aux agendas cachés »

Biler

Il y a quelques temps, l’Organisation mondiale de la Santé(OMS) a annoncé la disponibilité d’un vaccin contre le paludisme des décennies après que la pandémie a tué des millions des milliers, voire des milliers de personnes en Afrique. Coïncidence faite avec le vaccin anticovid-19, Olivier Bilé dit non à cette « expérimentation » dont serait victime le continent.

Biler
Olivier Bilé (c) Droits réservés

L’Afrique ne sera pas un champ d’expérimentation de vaccins aux agendas cachés

Très curieux ce tout récent scoop de l’OMS. Un vaccin contre le paludisme est subitement disponible… Développé par un laboratoire anglais, son déploiement massif et rapide est préconisé par l’organisation mondiale de la santé.

Avant même que l’épisode COVID-19 ne se referme, alors même que ses multiples vaccins apparus comme prématurés, incertains et douteux, contestés par beaucoup en Occident, n’ont pu prospérer en terre Africaine en raison de la prudence de nos populations, voici que les agents de l’ordre vaccinal mondial reviennent à la charge. Avec l’argument massu de l’extraordinaire découverte adaptée au plus grand problème de santé publique de cette Afrique demeurée imperturbablement rebelle au vaccin anti-covid.

Le berceau de l’humanité, malgré ses multiples problèmes et turpitudes, reste fidèle à un de ses fondamentaux qui est le respect du principe de sacralité de la nature et de la vie. La société de l’information contemporaine a eu le bienfait de renseigner cette Afrique de façon massive sur les méfaits et malveillances qu’on lui a fait subir par le passé ainsi que sur les subtils périls qui, comme une épée de Damoclès, planent sur son présent et son futur. Parfois révélés par d’autres acteurs occidentaux, ces renseignements tournent autour des idées de moins en moins contestables ci-après.

&. Quelques officines et cénacles occultistes de grande influence mondiale dans les différentes sphères politique, économique, sociale et diplomatique œuvrent secrètement à établir un nouvel ordre mondial conforme à leur vision et leur représentation de la planète. Ils ont, pour le monde, un agenda caché globalement centré sur un ordre post voire transhumaniste, profondément anti-Dieu.

&. Cet agenda vise la réduction subtile de la démographie mondiale, et donc africaine, donnée comme dangereusement dynamique et périlleuse pour l’occident et l’écosystème planétaire.

&. Il vise aussi le contrôle et la stricte régulation de la population mondiale au travers de l’outil biotechnologique que représente la digitalisation du système cognitif humain. Parti de l’humain vers le post et le transhumain, le nouveau citoyen global que l’on voudrait formater comme un support informatique, précisément via la vaccination massive, devrait porter des protocoles numériques permettant de le manipuler et l’orienter dans le sens voulu par l’air du temps. Ses pensées, ses émotions, ses aspirations pourraient être ainsi télé-dirigees et télé-influencées dans une perspective uniformisatrice à l’instar de l’épisode historique de la célèbre Tour de Babel dont certains connaissent les ambitions et visées anciennes déjà de challenger le Très-Haut. Assurément, nous ne sommes pas loin du mythe prométhéen. Il faudrait alors être prêt à subir les multiples maux issus de la célèbre boîte de Pandore de Zeus, dans un monde déjà fort tourmenté par des crises multiformes. Des maux qui, de surcroît, seraient intensifiés par les travers d’un paradigme civilisationnel déterminé à promouvoir et imposer les phénomènes déviants des LGBT, Transgenres, pédo-zoo-nécrophiles représentant autant de facteurs inéluctables de déchéance civilisationnelle. Cela n’est ni acceptable ni supportable. Le monde entier doit se ressaisir.

 L’OMS ne peut, en plein XXIe siècle, envisager, sans la moindre communication ni la moindre précaution, tenter d’embarquer l’Afrique dans une telle aventure camouflée dans cette nouvelle campagne rapide de vaccination sous tous les prétextes invoqués.

Fort de cette référence des Écritures prescrivant ” d’être doux comme des colombes mais prudents comme des serpents”, ma ferme recommandation aux frères Africains est de demeurer dans la prudence, la vigilance, et l’intercession à l’égard du présent sujet. Nous avons pu résister au paludisme jusqu’ici et ne devons succomber à aucune précipitation.

Dans une limite extrême, une évaluation rigoureuse et approfondie du vaccin annoncé, par des comités d’experts africains, assermentés et intègres, me semble un préalable à toute appropriation d’un produit de surcroît d’abord destiné à nos enfants, et partant, déterminant pour l’avenir d’un continent aux richesses tant convoitées.

Dieu protège et bénisse l’Afrique.

Olivier BILE

Les Libérateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Emmanuel Macronu

Sommet Afrique – France : Emmanuel Macron se prend-il pour le président des Africains ?

Martin Mbarga Nguele290715750

Refus de délivrance de l’ancien passeport ordinaire : La Focaco menace de trainer Mbarga Nguélé en justice