in

Mincommerce et commerçants de Soa : Le malentendu est levé

mincommerce soa

C’est par l’élaboration d’une plateforme de travail  pour les jours à venir  que s’est achevée la réunion de concertation présidée ce 08 août 2020 à Soa par le délégué départemental du Commerce pour la Mefou et Afamba.


mincommerce soa
Mincommerce et commerçants de Soa – Images de Claude Hanlog

Il était question de leur expliquer qu’en plus du covid-19, il ne faudrait pas que puisse se greffer la crise alimentaire. Le passage des contrôleurs la semaine dernière, a créé de une  frayeur dans cette cité .Il était question  de leur expliquer les nouvelles mesures liées à la gestion du coronavirus qui est une pandémie mondiale ayant  des conséquences économiques et sociales. « Nous sommes tombés d’accord  sur la nouvelle façon de travailler ensemble, le malentendu est dissipé, les choses vont aller de bon train »a expliqué Armand Claude Mbarga.

Prétextant de la présence permanente des contrôleurs du Mincommerce sur les marchés, un préavis de grève était en préparation par ces derniers. Sur instruction  préfectorale, une concertation s’est tenue afin d’édifier les commerçants sur la loi commerciale. « On vous a toujours dit de ne jamais   donner votre argent aux contrôleurs, vous le faites parce que vous êtes en faute. En cas d’abus, venez me voir ou bien appeler le numéro vert « 1502 » ils seront sanctionnés » leur a conseillé le  délégué départemental du Commerce. « Les contrôleurs viennent comme des militaires. On va vivre comment ? On va seulement aller au front avec eux »a lancé un participant à l’entame de la rencontre.

Pour approfondir :   Depuis les Etats-Unis, Nourane Foster réaffirme son indéfectible soutien à Cabral Libii

Aux partenaires du Département ministériel en charge des questions commerciales,  il a été conseillé l’affichage des prix. Selon la réglementation commerciale, toutes ventes de biens et toutes prestations de service pour une activité professionnelle doit faire l’objet d’une facturation. « C’est vous le détail qui rendez la vie chère, pas possible de trouver le manioc à 200 F CFA ce n’est pas normal » condamne  le représentant du Mincommerce .Une idée soutenue par  Essili Patrice président des commerçants : « L’Etat ne veut pas qu’on se plaigne de la vie chère, c’est pour cela qu’ils sont ici permanentent, en cherchant de bénéfice, il y a une marge ».

Plus de 2000 quittances sont en souffrance à la délégation départementale du Commerce à Mfou. « A cause du coronavirus ne pouvez-vous pas  nous pardonner cette fois, annuler les quittances si possible» a plaidé un agent économique. Le renforcement de la présence des contrôleurs sur le terrain rentre dans le cadre  du décret du PM en date du 22 juillet dernier suivi de la circulaire du ministre du Commerce qui instruit la mise en place  d’un système  visant à garantir la disponibilité des stocks, d’intensifier les opérations de contrôle  et la surveillance permanente des circuits de commercialisation.

Pour approfondir :   Cameroun: Plus de 272 millions FCFA pour la construction d’une maison au président du Conseil constitutionnel

« A Soa certains grossistes affichent 15000 F le sac de riz et vous exigent 19500 F lors de la facturation »  ont dénoncé les commerçants  à qui il a été conseillé d’appeler à travers le numéro vert « 1502 » pour mettre de neutraliser les opérateurs économiques véreux. Le Commerce étant une activité réglementée, « quelqu’un qui affiche un prix et pratique un autre, c’est interdit » a conclu le  représentant du Mincommerce dans ce département.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sismondi Barlev Bidjocka

Cameroun : Le MRC courtise Sismondi Barlev Bidjocka

zlecaf ape

Journée mondiale de la métrologie : La ZLECA et les APE au centre des préoccupations