in

Maurice Kamto : « Paul Biya doit reprendre le pays aux gangs mafieux qui terrorisent les citoyens »

Le président national du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) a réagi au sujet de l’assassinat du révérend Jean Jacques Ola Bébé, survenu le 3 février dernier. Dans une déclaration signée le 5 février, Maurice Kamto indexe le gouvernement sur la situation actuelle qui prévoit dans le pays et réclame justice pour cet autre homme de médias assassiné.

Kamto Maurice Nkongsamba

Le corps sans vie du Révérend Père Jean Jacques Ola Bébé, a été découvert aux premières heures de ce vendredi 03 février 2023 près de son domicile au quartier Mimboman à Yaoundé. Selon des sources, le communicateur âgé de 41 ans ayant exercé dans plusieur médias à Yaoundé, aurait été tué par balle par des inconnus dans la nuit d’hier. Le défunt était Prêtre de l’église catholique orthodoxe, originaire de la Lekié comme Martinez Zogo, journaliste pourfendeur des prévaricateurs de la fortune publiques, enlevé puis torturé à mort il y a deux semaines environ à Yaoundé.

Maurice Kamto, président national du MRC demande au Chef de l’Etat de reprendre les choses en main. « Le Cameroun, notre pays, est au bord du chaos, et l’on continue de le gérer au moyen des communiqués, souvent contredits les uns par les autres. Y a-t-il encore un Commandant à bord ? S’il y en a un, il est temps qu’il mette un terme à cette dérive dangereuse pour le pays, que la puissance de l’État tant vanté par ailleurs ne se manifeste pas uniquement quand il s’agit de répandre le sang dans le NOSO ou d’exercer une répression aveugle contre les militants paisibles et innocents du MRC, qui dénonçaient ce que tout le monde, y compris le Président de la République en fonction, dénonce aujourd’hui », écrit l’homme politique.

Lebledparle.com vous propose la déclaration intégrale de Maurice Kamto

DÉCLARATION SUR L’ASSASSINAT DU RÉVÉREND JEAN JACQUES OLA BÉBÉ, ANIMATEUR RADIO

Jusqu’où ira la descente aux enfers de notre pays, le Cameroun ?

Pour approfondir :   Opération épervier : Basile Atangana Kouna se dit prêt à restituer les fonds détournés dans les caisses de l’État

Vendredi 03 février 2023, au milieu de l’indignation et de la révolte nationales et internationales causées par l’assassinat crapuleux de MARTINEZ ZOGO, nous avons appris avec effroi l’assassinat la veille, d’un autre homme de média, par ailleurs un religieux, le Révérend Jean Jacques OLA BÉBÉ.

En mon nom personnel et au nom du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), j’adresse à sa famille biologique et à la grande famille des médias, mes condoléances les plus attristées.

La malheureuse victime, connue elle aussi pour ses dénonciations des travers des divers clans du régime qui se battent au sommet de l’État, avait évoqué l’assassinat de MARTINEZ ZOGO sur un média quelques jours auparavant. Cet autre assassinat, qui survient alors même que les autorités judiciaires gardent encore un lourd silence sur les commanditaires et les assassins de MARTINEZ ZOGO, est un authentique défi lancé à la République par des clans de type mafieux. Désormais, en effet, la survie même de l’État du Cameroun est menacée par ces gangs qui s’affrontent publiquement pour le contrôle des ressources publiques et la matérialisation de leur funeste projet politique d’accaparement antidémocratique du pouvoir d’État.

Cette situation est la conséquence directe de l’échec flagrant du régime au pouvoir qui, non content d’appauvrir les Camerounais et de faire régresser le pays, concourt à la fissuration de la Nation.

Le MRC exige, comme il l’a fait dans le cas de l’exécution barbare et odieuse de MARTINEZ ZOGO, que toute la lumière soit faite sur l’assassinat du Révérend Jean Jacques OLA BÉBÉ, et que les commanditaires et les exécutants de cet autre crime crapuleux soient activement recherchés, arrêtés, traduits en justice et sévèrement châtiés.

Le Cameroun, notre pays, est au bord du chaos, et l’on continue de le gérer au moyen des communiqués, souvent contredits les uns par les autres. Y a-t-il encore un Commandant à bord ? S’il y en a un, il est temps qu’il mette un terme à cette dérive dangereuse pour le pays, que la puissance de l’État tant vanté par ailleurs ne se manifeste pas uniquement quand il s’agit de répandre le sang dans le NOSO ou d’exercer une répression aveugle contre les militants paisibles et innocents du MRC, qui dénonçaient ce que tout le monde, y compris le Président de la République en fonction, dénonce aujourd’hui.

Il doit reprendre le pays aux gangs mafieux qui terrorisent les citoyens, à moins d’accepter d’être lui-même  une de leurs cibles.

Fait à Yaoundé le 05 février 2023

Le Président National

Maurice KAMTO

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Dieudonné Essomba : « Amougou Belinga reste serein »

Zogo hommage

Yves Atanga : « L’assassinat de Martinez Zogo éclabousse le bel édifice démocratique camerounais en construction »