in

Voici les raisons de la perturbation du réseau internet au Cameroun et dans d’autres pays africains

Capture fibre optique

Dans la matinée du 16 janvier 2020, deux coupures de fibre optique West African Communication System (WACS) et l’Ouest et South Africa Transit 3 (SAT3) ont été signalées à 300 kilomètres des côtes camerounaises paralysant ainsi une dizaine de pays d’Afrique.

Capture fibre optique
Image d’illustration (c) Droits réservés

Deux coupures sur les câbles de fibre optique sous-marins (WACS), reliant 14 pays d’Afrique de (SAT3), ont interrompu et/ou dégradé le trafic internet dans 10 pays du continent.

La branche Orange Marine, spécialisée dans la pose et la maintenance de câbles sous-marins est à pied d’œuvre pour résorber la situation : « Il nous faudra environ six jours pour nous rendre sur place et environ autant pour tout réparer », indique Jean-Luc Vuillemin, directeur réseaux et services internationaux d’Orange.

Pour approfondir :   Dialogue national : Un groupe de Camerounais basé dans la diaspora apporte son soutien à Paul Biya

West Africa Cable System (WACS) ou Système de câble Ouest-africain est un câble sous-marin construit par Alcatel-Lucent reliant l’Afrique du Sud au Royaume-Uni en passant par l’Océan Atlantique, au large de l’Afrique. Il dispose de 14 terminaux, dont 12 en Afrique et 2 en Europe, permettant ainsi de relier de nombreux pays africains à Internet. Cette infortune localisée au niveau de la station d’atterrage de Limbe au Cameroun a causé des perturbations sur le réseau dans une majeure partie de l’Ouest de Kinshasa durant la matinée. Ainsi les opérateurs Vodacom-RDC et Airtel n’étaient plus à mesure de fournir du service, certains utilisateurs d’Orange-RDC affirmant se connecter à Internet sans problèmes.

Pour approfondir :   Affaire Ernest Obama : L’éditorial satirique d’Haman Mana

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Décès de Me Souop : Le RDPC recadre Jean De Dieu Momo

Nico Mara

Cameroun: Indignés de la répartition des droits d’auteur, Nicole Mara et Sergeo Polo s’adressent au gouvernement