in

Le FBI interpelle trois Camerounais aux USA pour avoir planifié l’enlèvement du feu Cardinal Christian Tumi

Trois camerounais originaires de la zone anglophone résidant aux États-Unis ont été arrêtés le 28 novembre 2022 et ont comparu pour la première fois devant le tribunal dans le cadre d’un acte d’accusation, sur leur rôle dans un complot visant à fournir un soutien matériel ou des ressources visant à kidnapper des personnes au Cameroun.

Cardinal Tumi

Il s’agit nommément de Claude N. Chi, 40 ans, de Lee’s Summit, Missouri; Francis Chenyi, 49 ans, de St. Paul, Minnesota; et Lah Nestor Langmi, 46 ans, de Buffalo, New York, qui sont tous des citoyens américains d’origine camerounaise. Ils sont inculpés de quatre chefs d’accusation.

L’acte d’accusation fédéral allègue que Chi, Chenyi et Langmi ont soutenu et collecté des fonds pour les combattants séparatistes au Cameroun depuis le 1er janvier 2018. Ils ont chacun occupé des postes de haut niveau au sein d’une organisation qui a soutenu et dirigé le groupe séparatiste militant connu sous le nom de Forces de restauration ambazoniennes et autres combattants séparatistes dans la région du nord-ouest du Cameroun.

Chi, Chenyi et Langmi auraient sollicité et collecté des fonds pour l’achat d’équipements, de fournitures, d’armes et de matériaux explosifs à utiliser dans des attaques contre le personnel, les forces de sécurité et les biens du gouvernement camerounais, ainsi que d’autres civils soupçonnés d’aider le gouvernement.

Ces fonds ont été collectés via des applications de chat en ligne et des plateformes de paiement auprès de particuliers situés aux États-Unis et à l’étranger. Les fonds ont ensuite été transférés de divers comptes financiers et de crypto-monnaie contrôlés par les accusés via des intermédiaires aux combattants séparatistes pour soutenir les attaques au Cameroun.

En plus de plus de 350 000 dollars soit 219,2 millions de FCFA que les accusés ont collectés grâce à des dons volontaires, l’acte d’accusation allègue que Chi, Chenyi et Langmi ont conspiré avec d’autres pour kidnapper des civils au Cameroun et les retenir contre rançon.

Dans certains cas, des citoyens américains ont été extorqués pour le paiement de rançons afin d’obtenir la libération de leurs proches kidnappés vivant au Cameroun. Les paiements de la rançon ont ensuite été transférés aux combattants séparatistes pour financer leurs opérations.

Selon l’acte d’accusation, les accusés ont rédigé un document qui comprenait une liste des dépenses liées aux engins explosifs improvisés (EEI), aux armes à feu et aux munitions. Les autres dépenses comprenaient des fonds liés à l’enlèvement du cardinal Christian Tumi et d’un chef traditionnel camerounais nommé Sehm Mbinglo II le 5 novembre 2020.

Chi, Chenyi et Langmi sont accusés d’un chef de complot en vue de fournir un soutien matériel ou de ressources destinées à être utilisées pour mener à bien un complot visant à tuer, kidnapper et mutiler des personnes dans un pays étranger et d’un chef d’accusation de fournir un soutien matériel ou des ressources destinées à être utilisé pour mener à bien un complot en vue d’utiliser une arme de destruction massive en dehors des États-Unis.

S’ils sont reconnus coupables, les accusés encourent une peine légale maximale pouvant aller jusqu’à 15 ans de prison pour les charges de soutien matériel, jusqu’à trois ans de prison pour avoir reçu de l’argent d’une accusation de demande de rançon et jusqu’à 20 ans de prison pour le complot de blanchiment d’argent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

bachelor tele realite

[Tribune] La culture locale, parent pauvre de la télévision

Bertoua

Cameroun : ils enlèvent un vieillard de 70 ans à Bertoua et exigent une rançon d’un million de FCFA