in

La revue de presse camerounaise du mercredi 10 mai 2023

Très chers abonnés, bonjour et bienvenus à la revue de presse quotidienne. Comme tous les matins, retrouvez ci-dessous, l’essentiel à retenir des informations parues dans les kiosques au Cameroun ce jour

lES uNES EN KIOSQUE 1

Chers abonnés, on lance ce matin avec les appuis budgétaires. Le journal EcoMatin de ce matin nous apprend que le dossier de la raffinerie fait partie des critères non validés lors de la troisième revue de l’Accord sur la Facilité élargie de crédit par le conseil d’administration du FMI. Selon notre confrère, la mission de la 4ème revue en cours en ce moment au ministère des Finances, attend des explications précises et veut des actions concrètes sur le destin de cette société dont le cœur est parti en fumée il y’a quatre ans. « L’insatisfaction qui semble poindre à l’horizon, pourrait constituer une contrainte rédhibitoire pour le déblocage des appuis budgétaires attendus à l’issue de cette mission de deux semaines », peut-on lire en substance.

« Conseil de discipline budgétaire et financière, Atou à la trappe ». C’est le titre qui barre la grande Une du quotidien Mutations de Georges Alain Boyomo. D’après les explications du journal, l’administrateur général du cabinet Atou écope des sanctions pécuniaires d’un montant de près de 13 milliards de FCFA pour des fautes de gestion commises en qualité de gestionnaire des actifs résiduels de l’ex-Oncpb et l’ex-Regifercam. Lazare Atou crie à un Consupe aux ordres. C’est à lire ce matin.

Parlons de l’insécurité dans les taxis et sur les motos-taxis dans les grandes métropoles. Le quotidien bilingue national Cameroon Tribune s’intéresse au sujet et fait savoir qu’à la suite de multiples agressions enregistrées ces dernières semaines dans les transports en commun, le gouvernement a décidé de l’identification systématique des usagers et surtout des transporteurs. C’est au cours d’une réunion de sécurité présidée hier à Yaoundé par le ministre de l’administration territoriale, Paul Atanga Nji, en présence du ministre des transports Jean Ernest Masséna Ngalle Bibèhè et des responsables des syndicats de conducteurs.

La même information fait la grande Une de Réalités Plus. Selon lui, l’insécurité ne passera pas par les mototaxis et taxis, dans la région du Centre. Dans le but de maitriser le secteur des transports par motos et taxis qui prend des allures inquiétantes dans cette région, le ministre de l’Administration territoriale Paul Atanga Nji et les transporteurs se sont rencontrés le 9 mai à Yaoundé. Un train de mesures urgentes a été arrêté pour évacuer les bandits de ce secteur très important pour les mouvements des populations et de leurs biens. C’est à lire dans les kiosques.

Pour approfondir :   Cameroun : Flou autour de la somme d’argent emportée par l’élève présumé braqueur de son intendant au lycée technique de Sangmélima

Infrastructures Et Développement Durable, parle du Complexe moderne des services judiciaires, comme étant « une belle révolution ». Notre confrère indique dans les détails que l’édifice est composé de cinq corps de bâtiment, dont une tour de 14 niveaux devant abriter 210 bureaux, s’offre fièrement à la vue dans la zone du centre administratif de la ville de Yaoundé qui abrite la plupart des services judiciaires.

Le journal L’Économie est aussi en kiosque. En sa Une, notre confrère nous apprend que la zone Cemac explore les avantages de la finance durable. L’on apprend d’ailleurs avec le journal de Thierry Ekouti qu’un forum international vient d’être organisé à Douala à cet effet par la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac) et le réseau des banques et de la finance durables avec le soutien de la société financière internationale.

Entre 2018 et 2022, le Feicom a investi 58 milliards de FCFA dans l’approvisionnement en eau sur l’ensemble du territoire. À en croire Money News de Timothée Essomba, ses interventions ont principalement concerné la construction des infrastructures hydrauliques à travers le pays, et l’opérationnalisation de 02 programmes gouvernementaux, notamment les projets d’alimentation en eau potable et d’assainissement en milieu semi-urbain (PAEPA-MSU) et en milieu rural (PAEPA-MRU). C’est à lire en page 3 du journal.

L’Info à Chaud pour sa part nous parle de l’assassinat du journaliste Anye Nde Nsoh et nous fait savoir que l’une des figures emblématiques des ambazoniens, qui se présente comme Capo Daniel a fait une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux, reconnaissant que les Ambazoniens sont à l’origine de l’assassinat, par erreur, du journaliste Anye Nde Nsoh.

D’après l’hebdomadaire L’Essor, l’agence de transport interurbain touristique Express est impliquée dans un violent accident enregistré le 9 mai à Taparé, un village situé à 30 km de la ville de Garoua-Boulaï. L’excès de vitesse serait la cause principale de ce nouveau carnage.

Pour approfondir :   Messanga Nyamding : « Des hauts fonctionnaires ont pillé l’Etat parce qu’ils veulent prendre le pouvoir »

Le journal L’Action du Rdpc est en kiosque et titre à sa une, 20 mai 2023, le Rdpc se prépare activement. Le secrétaire général du comité central, Jean Nkuété a présidé une réunion préparatoire à cet évènement, le 9 mai dernier au siège du parti à Yaoundé.

Parlons gouvernance, amélioration des prestations de téléphonie mobile. Sous l’impulsion de l’ART, Orange et MTN s’arriment aux exigences du consommateur. D’après le journal La République, c’est à travers deux communiqués dont la simultanéité et les similarités de contenus ne sont pas fortuites, les deux opérateurs reconnaissent l’Office salutaire de l’Agence de régulation des télécommunications, via moult sorties et interpellations, avait déjà attiré l’attention de ces multinationales sur les carences de leurs services et surtout, la qualité ainsi que l’urgence des réajustements à opérer pour davantage seoir les attentes des consommateurs.

Le journal Tribune d’Afrique parle de la fusion Gicam-Ecam, et soutient que Célestin Tawamba est « face aux ennemis de l’intérieur ». À en croire l’hebdomadaire panafricain d’informations générales, un traité de fusion entre les deux structures patronales a été signé le 5 avril 2023 à la satisfaction générale des administrateurs et du monde des affaires. Alors que les messages de félicitations inondent encore les deux patrons des patrons, un mystérieux groupe est sorti du bois pour jeter un pavé dans la mare, et tenter de discréditer cette initiative en couvrant le président du Gicam d’opprobre. Lire l’éditorial de Faustin Njikam.

Merci chers abonnés d’avoir été des nôtres une fois encore ce matin. Demain, la revue de presse se poursuit. Restez connecté à lebledparle.com pour lire de façon instantanée l’actualité camerounaise.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PM vaccine

Covid-19 : le Cameroun a atteint la barre des 2 millions de doses administrées

Nkol

Yaoundé : un homme assommé à mort pour avoir uriné dans un champ