in

Issa Tchiroma à Carole Yemelong : « à donner la parole aux sécessionnistes, je fermerai votre télévision (Canal 2) »

issa tchiroma canal2

C’est la réaction du ministre de la communication lors de son passage à Canal 2 international, dans la tranche d’antenne « un jour, un évènement « , à l’occasion de sa visite dans les médias de la ville de Douala pour appeler les populations à l’apaisement dans le cadre de la crise anglophone.


issa tchiroma canal2
Issa Tchiroma dans le studio de Canal 2 (30/09/2017) – crédit photo Paul Chouta

Carole Yemelong, présentatrice de cette émission spéciale a posé la question au Mincom à savoir pourquoi il ne faut pas donner la parole à certains camerounais. Le Mincom répond, « Parce qu’ils veulent détruire notre nation, parce qu’ils ont été les seuls qui profitant de l’ignorance de la naïveté de quelques-uns de nos compatriotes ».

Pour approfondir :   Massacre de 22 civils dans le NOSO : Cabral Libii demande au gouvernement et aux organisations internationales de faire la lumière sur cette affaire

« Vous donnez la parole à ceux qui veulent diviser la nation, Eh bien ma foi demain vous (Canal 2) ne serez plus là », a déclaré Issa Tchiroma Bakary à son interlocuteur dans un ton ferme.

Carole Yemelong rétorque au ministre, « c’est une menace monsieur ministre ? » Issa Tchiroma réplique, « je vais vous dire ce que vous devez faire, ce n’est pas une menace, vous devez comprendre que, à donner la parole aux sécessionnistes, je fermerai votre télévision », a-t-il ajouté dans une même tonalité forte.

Pour approfondir :   Cameroun : Manaouda Malachie convoque l’expertise chinoise pour soutenir l’offre en soins de santé

« Ce n’est pas plus compliqué que ça, la nation doit rester ferme, unie et indivisible », conclue Issa Tchiroma Bakary.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Issa Tchiroma Balafon 1

Issa Tchiroma : «Paul Biya est au Cameroun à travers les membres du gouvernement. »

Logo UE

Cameroun : l’Union Européenne recommande le Dialogue pour résoudre la crise anglophone