in

In Memoriam : Il y a un an, Manu Dibango quittait le monde des Vivants, emporté par la Covid-19

Manuman

Décédé des suites de coronavirus le 24 mars 2020, l’artiste musicien Manu Dibango repose au caveau familial du cimetière Père Lachaise à Paris, capitale française, inhumé trois jours après son décès. 

Manuman
Manu Dibango (c) Droits réservés

Ce sera toujours avec un pincement au cœur que l’on évoquera le nom de  Manu Dibango, celui aura bercé plusieurs générations pendant plus de 60 ans. Le célèbre saxophoniste avait été emporté par la pandémie du coronavirus en France et enterré loin de son pays d’origine.

Souvenir

Des hommages avaient été rendus par écrit au musicien camerounais : ses collègues artistes, des chefs d’Etats d’Afrique et d’ailleurs, personne n’avait été indifférent au décès de Papy Grove. En ce triste souvenir, le journal gouvernemental Cameroon Tribune a consacré sa grande Une à l’illustre saxophoniste reconnu à l’échelle mondiale.

Mais depuis le départ du père du Soul Makossa, des obsèques à la hauteur de l’homme n’ont pas été organisées, covid-19 oblige! Au mois de juillet 2020, sa famille annonçait des poursuites judiciaires à l’encontre des personnes qui essaieront d’organiser des cérémonies d’hommages en l’honneur du disparu. Pour preuve, les proches du Grand Manu avait remporté le procès qui les opposait au chanteur Papillon, pour l’exploitation des images du saxophoniste à des fins publicitaires et commerciales dans les médias.

Vie et mort de l’artiste

Pour rappel, né en 1933, c’est en 1949 que Manu Dibango s’envole pour l’Occident, direction Marseille en France où il est reçu par un sévère instituteur du nom M. Chevallier qui n’était rien d’autre que son « correspondant ». Ici, le jeune Manu passe son adolescence tout en intégrant la culture de la France qu’il allait exploiter plus tard dans sa musique.

Il enrichit son carnet d’adresse en participant aux émissions télévisées à l’instar de LégitimusPulsations et noue une amitié sans pareille avec les célèbres producteurs Gésip LégitimusDick Rivers et   Nino Ferrer. En 1969, son album afro-jazz Saxy Party produit chez Mercury (Philips), fruit d’une et des compositions personnelles, lui fait renouer avec le succès

Ayant à cœur le projet de réunification de la musique africaine Manu invite les mastodontes du continent dans le domaine :  Papa WembaYoussouf Nd’ourKing Sunny AdéSalif Keita, Peter Gabriel pour ne citer que ceux-ci.

De 1969 en 2013, le saxophoniste émérite a signé bandes originales et des compilations en l’occurrence de Saxy Party (1969), Manu Dibango (1971), Super Kumba (1974), Electric Africa (1985), Mboa’ Su / Kamer feeling (2000), Voyage anthologique (2004), Kirikou et les bêtes sauvages (2005), Manu Dibango joue Sidney Bechet (2007), Ballade Emotion (2011), Balade en Saxo (2013).

Aussi attaché aux valeurs ancestrales, Manu Dibango range son saxophone le 24 mars 2020 à l’âge de 86 ans, emporté par la terrible pandémie du covid-19 qui n’épargne personne.

Un artiste ne meurt jamais, il vit au travers de ses œuvres !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Cameroun : Zambo Anguissa ne jouera pas le match contre le Cap Vert ce vendredi

    prime cacao

    Mbam Et Kim : Les cacaoculteurs reçoivent leur prime qualité