in

Henriette Ekwe tacle Maurice Kamto : « Le bug informatique une grosse blague »

Henriette Ekwe tacle Maurice Kamto : « Le bug informatique une grosse blague »

Invitée de L’Arène sur Canal 2 international le dimanche 6 juin 2021, Henriette Ekwe Ebongo n’est pas passée par quatre chemins pour déclarer qu’elle reste « dubitative » au sujet de l’argument de « bug informatique » sur l’affaire SCSI.

Henriette Ekwe tacle Maurice Kamto : « Le bug informatique une grosse blague »
 Henriette Ekwe & Maurice Kamto (c) Droits réservés

Dans le cadre de la lutte contre le coronavirus au Cameroun, le président national du MRC avait mis sur pied Survie Cameroon Survival Initiative et confié le Comité de gestion à Christian Penda Ekoka.

Contre toute attente, un manque de 215,6 millions de FCFA avait été constaté. Après un premier audit, l’initiateur du projet SCSI, après le rapport d’audit du cabinet ACDB Consulting, a confié un autre audit qui a été réalisé par un consortium de trois cabinets Adequi, HCS Company et Loop IT Methods. Ces derniers ont conclu qu’il s’agissait d’un « bug informatique », rapportait Maurice Kamto.

Pour l’éditrice et militante politique camerounaise, « le Bug informatique est une grosse blague », a-t-elle affirmé sur L’arène hier. La femme de 71 ans regrette également qu’avec « tous les talents » que possède le Cameroun, le candidat classé 2ème à la présidentielle du 7 octobre 2018, soit parvenu à faire appel à tous ces auditeurs.

Celle qui a obtenu le Prix international Femme de courage en 2010 reste de ce fait, « dubitative » au sujet de ces derniers résultats d’audit : « Je me méfie beaucoup du bug », a-t-elle déclaré.

{module Sur le même sujet }

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Dieudonné Essomba dans Club d’élites sur Vision 4 : « La corruption au Cameroun joue un rôle de stabilisateur »

    Njoya Moussa : « Le CNC est utilisé comme un bras séculier du gouvernement pour briser l’élan de la liberté d’expression »