in

Eric Essono Tsimi : « Paul Biya pourrait connaître un bouleversement majeur, marquant la fin de sa longue vie de président »

Eric Essono Tsimi, Universitaire a commis une réflexion sur Facebook, le mercredi 12 avril 2023 sur les autoprophéties et rendez-vous mystérieux. Il s’appuie sur le cas de Rigobert Song Bahanag, manager sélectionneur des lions indomptables et Paul Biya, président de la République du Cameroun. Lebledparle.com vous propose de lire le texte intégral.

Biya Paul USA Africa leader Summit

Autoprophéties et rendez-vous mystérieux

Deux individus énigmatiques ont évoqué leur mort, à 20 ans de distance. Rigobert Song, critiqué pour ses piètres performances, a déclaré qu’il resterait à la tête des Lions Indomptables jusqu’à son dernier souffle. Faut-il s’inquiéter pour sa vie ou redouter la lente agonie de notre équipe nationale ? Mais le plus marquant, c’est Paul Biya qui, en 2004, nous donnait rendez-vous 20 ans plus tard: d’un ton triomphal, il avait dit qu’il donnait rendez-vous à ceux qu’intéressaient ses funérailles. Même ceux qui, comme moi, ne s’y intéressaient pas avaient pris note. 20 ans sont presque passés, papa Biya, on fait comment ?

J’ai consulté, ce matin, un expert ivoirien en fins de règne difficiles. Il s’appelle NostrAdama. M’a expliqué que le calcul des années, c’était comme la computation des délais en matière de dettes : on arrondit et compte le jour de la promesse. On a sorti les calculettes, du 8 juin 2004 au 8 juin qui arrive (2023), cela fait 20 ans. En lui accordant un délai de grâce et en le laissant aller jusqu’au bout de la logique devenue incompréhensible de son mandat, on arrive au terminus 2024, papa, l’heure des comptes, c’est maintenant. La présidentielle de 2025, c’est donc en principe sans toi. NostrAdama, roi des paraboles, dit que Biya pourrait connaître un bouleversement majeur, marquant la fin de sa longue vie de président de la République et le début d’une ère nouvelle dans les archives. Qu’il s’agisse d’un changement physique, émotionnel ou spirituel, cela redéfinira l’histoire du pays.

Pour approfondir :   Crise anglophone : Ayuk Tabe et Cie condamnés à payer une lourde amende à l’État du Cameroun

Mais la mort n’est pas toujours la fin, elle peut même être un mouvement de renaissance  pour lui. La mort des mourants ne résout pas les souffrances des vivants, l’héritage est problématique, alors il faut se préparer d’abord à des heures sombres et ne rien miser sur le départ ou la disparition de tel ou tel. On va danser, parce qu’on danse toujours, chez nous, quand quelqu’un meurt un peu, c’est comme ça, mais la vie, après, a son agenda et son propre tempo. Il n’y aura pas de scénario idyllique pour ce rendez-vous funèbre, ce sera sale.

Pour approfondir :   Gouvernance : Le Premier Ministre augmente les indemnités de ses ministres

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Onana Andre Inter Benfica

Martin Camus Mimb : « Le Cameroun a actuellement le meilleur gardien de but du monde »

Greve enseignants Cameroun

Après OTS, des enseignants annoncent un nouveau mouvement de grève baptisé « Ecole morte »