in

Drame de Mbankolo : un défilé des hommes politiques sous fond de propagande

Le dimanche 8 octobre dernier, un glissement de terrain a causé la mort d’une trentaine de personnes au quartier Mbankolo à Yaoundé. Depuis lors, plusieurs personnalités politiques et de la société civile se sont rendues sur les lieux pour apporter leur soutien et évaluer les dégâts. Cette catastrophe a remis sur la table la question de l’aménagement du territoire et de l’aménagement urbain en particulier.

Franck Biya a Mbankolo
Voici ce qui se cache derrière la visite de Franck Emmanuel Biya à Mbankolo

Le ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji, accompagné de la ministre de l’Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, s’est rendu sur les lieux dès le lendemain de la catastrophe pour apporter le message de soutien et de condoléances du président Paul Biya et de son épouse. Toutefois, la ministre Ketcha Courtès a tenu des propos controversés en mettant en cause la responsabilité des populations qui habitent des zones à risque.

Le ministre de la Communication, René Emmanuel Sadi, et le ministre de la Santé publique, Manaouda Malachié, ont également visité les lieux du drame pour évaluer les dégâts et s’enquérir de la situation des blessés. Selon un compte rendu du ministère de la Santé publique, onze victimes ont été admises dans les formations sanitaires de la ville pour des motifs de traumatisme crânien, de perte partielle de la mémoire, de fractures et de multiples lésions.

Le fils aîné du chef de l’Etat, Frank Biya, s’est également rendu sur les lieux pour échanger avec le maire de la commune de Yaoundé II, Yannick Martial Ayissi Eloundou. Des personnalités de la culture urbaine, comme l’influenceuse « Croqueuse de diamants », ont également exprimé leur soutien aux victimes sur les réseaux sociaux.

Pour approfondir :   Guibai Gatama affirme l'objectif de voir un Nordiste succéder à Paul Biya au pouvoir

Protection des populations

Maurice Kamto, président national du Mouvement pour la renaissance du Cameroun, considéré comme l’un des principaux opposants au pouvoir en place, s’est rendu sur les lieux du drame pour échanger avec les habitants de la zone. Il a souligné que cette catastrophe était une nouvelle illustration de l’incurie du gouvernement en matière de protection civile des populations. Le député Cabral Libii, leader du Parti national pour la réconciliation nationale, a également demandé au gouvernement de prendre des mesures urgentes pour prévenir de tels drames à l’avenir.

Pour approfondir :   Paul Biya nomme une nouvelle PCA à l’imprimerie nationale !

Cette catastrophe rappelle la nécessité d’une gestion responsable de l’espace urbain. Il est important que les autorités prennent des mesures pour renforcer la surveillance des zones à risques et mettre en place des mesures de prévention. Il est également crucial de sensibiliser les populations sur les risques liés à l’habitat dans des zones à risque et de les encourager à adopter des comportements responsables pour leur propre sécurité. Enfin, il est essentiel que les autorités s’engagent à aménager de manière rationnelle et durable le territoire pour éviter de telles catastrophes à l’avenir.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Maurice Kamto, président du MRC

La compassion de Maurice Kamto envers les sinistrés de Mbankolo renforce son image de leader empathique

Bitcoin vs. Altcoins : Dans quelle crypto-monnaie investir ?