in

Championnat africain d’Athlétisme : Après avoir critiqué l’organisation, l’Ivoirienne Marie Josée Ta Lou séduite par les mets camerounais

La sprinteuse ivoirienne Marie-Josée Ta Lou a fait parler d’elle ces dernières heures au Cameroun, d’abord en critiquant l’organisation du championnat d’Afrique d’athlétisme à Douala, puis en changeant de ton pour louer la gastronomie camerounaise.

1719030764555

Vendredi 21 juin 2024, peu après le lancement du championnat d’Afrique d’athlétisme au stade de Japoma à Douala, Ta Lou n’a pas manqué de partager son mécontentement sur les réseaux sociaux. Elle a dénoncé des problèmes de transport, notamment le fait que son équipe ait dû prendre un taxi « yango » pour se rendre au stade, tandis qu’elle a vu une autre équipe africaine escortée par la police.

« Je suis blessée et déçue. Mon équipe doit prendre un Yango pour aller au stade car le transport est nul. Il y a tellement de choses que je voulais dire sur l’organisation du Championnat d’Afrique. J’ai envie de pleurer parce qu’en plus, dans le taxi, nous voyons une autre équipe africaine escortée par la police. Pourquoi ne pas le faire pour tout le monde ? Si nous voulons changer, nous devons faire mieux. Nous avons désormais des athlètes de haut niveau. En venant ici, j’avais tellement d’attentes », a-t-elle déploré.

Pour approfondir :   Arthur Avom : le jeune prodige camerounais qui a crevé l’écran aux Jeux de la Francophone

Ces critiques ont suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux, notamment de la part des Camerounais qui ont exprimé leur indignation face aux dysfonctionnements organisationnels et pointé du doigt le ministre des Sports, Narcisse Mouelle Kombi.

Un revirement gourmand

Cependant, ce samedi 22 juin 2024, Ta Lou a adopté un ton plus positif en publiant un tweet saluant la gastronomie camerounaise. « La nourriture ici n’a pas été déçue, elle est vraiment bonne comme je m’y attendais. +10 », a-t-elle écrit, avant de préciser les mets qui l’ont conquise : « Poulet DG, Sole braisé et capitaine braisé c’est ce que j’ai mangé, je continue ma dégustation culinaire, j’en dirai plus ».

Pour approfondir :   Un nouveau but d’anthologie de Vincent Aboubakar offre le derby d’Istanbul au Besiktas (Vidéo)

Le séjour de Marie-Josée Ta Lou au Cameroun aura donc été marqué par des moments contrastés.


2 Comments

Leave a Reply
  1. QUI A DIT QUE C’EST LE NDOLEY. QUI AVAIT FATIGUE TA LOU?? MMEY MMES DU COMITE D’ORGANISATION QUI AU LIEUX DE RECONNAITRE LES DUSFONCTIONNEMENT ONT DEVERSE LEUR FIEL SUR LES ATHLETES QUI SE SONT RETIRÉS DES JEUX ET MEME DEMENTI LEUR CHAMPION QUI N’AYANT PAS ETE QUALIFIE EST RENTRE A LA MAISON ET A ETE RAPPELE POUR CONTINUER LA COMPET ,IL A DIT REJOINDRE JAPOMA EN TAXI MOTO !!
    CHERS CAMEROUNAIS ,CE N’EST PAS PAR PLAISIR QUE L’ON VOUS ADRESSE DES CRITIQUES ,C’EST POUR SUE VOUS EN YENEZ COMPTE LA PROCHAINE FOIS !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Eseme Emanu

Obligé de se rendre à moto à Japoma, Emmanuel Eseme raconte son calvaire au Championnat Africain d’Athlétisme

Siakam Bourses

Pascal Siakam absent aux JO avec le Cameroun : La Fecabasket s’explique enfin