in

Cameroun : Lettre ouverte de Michel Michaut Moussala à son Excellence Paul Biya

Michel Moussala

Michel Michaut Moussala, Directeur de publication du journal Aurore Plus a adressé une lettre au président Paul Biya. Lebledparle.com s’est procuré cette lettre parue dans les colonnes du journal Aurore Plus, numéro 2045, et vous la propose dans son intégralité.

Michel Moussala
Michel Michaut Moussala (c) Droits réservés 

Excellence monsieur le président de la République, il me plait particulièrement au jour d’aujourd’hui de m’adresser à vous pour vous soumettre les problèmes de vos concitoyens au lendemain de la fin du Grand Dialogue national qui s’est achevé le vendredi 4 octobre 2019 au palais des Congrès de Yaoundé sur les collines de Nkolnyada. En ma qualité de porte-parole des sans voix et des quartiésards je peux me permettre de vous faire certaines suggestions de nature à vous éclairer dans la prise des décisions qui vont suivre la fin de la tenue de ces assises.

Après les rapports de la commission des rapporteurs vendredi dernier, je peux me permettre de rappeler les derniers décrets que vous avez pris jeudi et vendredi dernier pour essayer de décrisper l’atmosphère en vue de décanter la situation tendue au moment de la recherche des solutions en vue de parvenir à la fin des hostilités dans les deux régions anglophones. Les deux derniers décrets ont consisté à l’arrêt des poursuites contre 313 ex-combattants ambazoniens se retrouvant devant le tribunal militaire de Yaoundé et les manifestants du MRC interpellés depuis février dernier dans la cadre des manifestations illégales et interdites par les pouvoirs publics pour troubles à l’ordre public.

Sans toutefois me positionner dans le rôle d’avocat du diable je me permets d’affirmer qu’en tant que garant de la constitution, c’était de votre droit et de votre ressort. Cependant dans le souci de décrisper l’atmosphère dans la recherche des solutions durables pour résoudre cette crise anglophone, vous avez favorablement répondu aux appels et aux attentes des participants çà ce dialogue, mais, je me pose des questions sur la suite des comportements des amnistiés et surtout ceux du MRC qui risquent de l’interpréter comme un signe de faiblesse de votre part et remettre la revendication de leur soi-disant victoire électorale volée.

Pour approfondir :   Cameroun : Des employés du Quotidien Le Messager réclament 13 mois de salaire impayé

Au niveau des ex-combattants ambazoniens récemment absous est-ce qu’ils vont vraiment accepter de s’amender et de reconnaître leurs erreurs dans la mesure où ils ont pris des armes contre leur patrie en assassinant leurs compatriotes et en brûlant des édifices publics ? Les familles de leurs différentes victimes collatérales vont-elles accepter ce repentir ? En tout cas la nation tout entière en est témoin et l’on saura demain si ces combattants auront été sincères ou pas dans la mesure ou les enfants des forces de défense et de sécurité assassinées et des civils également accepteront de passer l’éponge parce que le chef de l’État aura décidé par un simple décret ?

Excellence, monsieur le président de la République la nation tout entière vous rend un vibrant hommage pour avoir décidé de l’organisation de ce Grand Dialogue national, cependant les avis sont partagés sur les retombées de celui-ci dans la mesure ou en cherchant à résoudre les problèmes des anglophones, sous peu de temps ce seront les mêmes qui seront posés par les ressortissants des autres régions. Évitons de faire la politique de l’autruche qui consiste à cacher sa tête dans le sable en cas de danger imminent. problèmes que les ressortissants des huit autres régions francophones vont également soulever dans la mesure ou nos frères anglophones doivent comprendre que les problèmes de développement se posent avec acuité dans les dix régions.

En plus J’ai remarqué qu’il y avait une sur représentation des participants anglophones par rapport aux francophones. Soit ! Mais sachons parfois discriminer et éviter de faire la part belle à certains dans le souci de vouloir à tout prix et par tous les moyens résoudre un problème. On ne peut vouloir à la fois faire plaisir au diable et au Bon Dieu à la fois il faut savoir apprendre à faire la part des choses et à savoir garder le juste milieu.

Pour approfondir :   Examens officiels 2021 : 218.465 candidats affrontent le BEPC !   

A mon humble avis cette initiative du chef de l’État d’organiser cette assise que je qualifierai de catharsis et de séance d’exorcisme national arrive certes à point nommé, mais fallait-il attendre trois bonnes années de tueries barbares, de destructions d’édifices publics et d’exode des populations terrorisées par des Ambazoniens pour oser convoquer ce dialogue ? Je crois qu’on a été lent à réagir, car un grand pan de l’économie nationale comme c’est le cas de la Cameroon développent corporation CDC est à terre et ça fait près de onze mille emplois qui sont sinistrés à cause des Ambazoniens.

Au moment du pardon il ne faudrait surtout pas oublier que des Camerounais avides de pouvoir ont accepté vendre les richesses de leur pays aux puissances étrangères pour leurs ambitions personnelles et qu’ils ont tuées, volé, pillé pour assouvir leurs intérêts égoïstes. Ne soyons donc pas aveugles, car ça ne sert à rien de résoudre un problème pour en créer d’autres. Je trouve qu’en voulant à tout prix résoudre la crise anglophone, le pouvoir en place est en train de faire comme si les autres régions francophones n’avaient point de problèmes pouvant les interpeller.

Ceci risque également de faire tache d’huile, car quand il y aura des problèmes dans une région précise il suffira de prendre les armes et de commencer à attaquer les forces de défense et de sécurité en brûlant des édifices publics pour que le pouvoir panique et en signe d’apaisement accepte de dialoguer. Cependant un pouvoir faible et toujours lâchant du lest commence donc à flancher et à donner des signes d’essoufflement inquiète et fait peur.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Atangana Mebara

Cameroun : David Eboutou implore Paul Biya de libérer Jean Marie Atangana Mebara

Paul Biya Par7536174 0

Diplomatie : Paul Biya ordonne l’ouverture d’un consulat en Guinée équatoriale