in

Cameroun : Fame Ndongo fait une lecture sémiotique de la « résurrection » de Paul Biya

fame ndongo 1

Le secrétaire national à la communication du RDPC, le professeur Jacques Fame Ndongo fait une lecture sémiotique de la sortie présidentielle du jeudi 16 avril 20202 qu’il qualifie de leçon magistrale.


fame ndongo 1
Jacques Fame Ndongo – capture photo

Le président de la République S.E. Paul Biya a reçu le jeudi 16 avril 2020 en début d’après-midi, l’Ambassadeur de France au Cameroun. L’audience que le Chef de l’État a accordée au diplomate français au Palais de l’Unité a duré plus d’une heure et trente minutes. Au terme de l’audience, Christophe Guilhou a confié aux journalistes que les échanges ont porté sur les différentes démarches prises par les deux pays pour faire face à la pandémie du COVID-19 qui touche la santé et l’économie des populations des deux Etats amis : le Cameroun et la France.

Pour approfondir :   [Tribune] Ekodo Mveng : « Gbagbo est un contrepoids sérieux au régime d'Abidjan qui constitue une véritable menace pour la démocratie »

Le vendredi 17 avril, le Secrétaire national à la communication du Rdpc déclare que « cette image du président camerounais Paul Biya [recevant l’ambassadeur de France] a mis Ko le président… MRC ».

C’est la 5ème missive du Pr Fame Ndongo, communicant du RDPC contre 4 pour le Pr Maurice Kamto. Le professeur titulaire des universités, ministre d’Etat, ministre de l’enseignement supérieure et chancelier des ordres académiques a pris de l’avance. Certains internautes se demandent déjà si Maurice Kamto va réagir.

Pour approfondir :   Sébastien Eloundou : « Que les agents des impôts se lancent derrière ces coachs milliardaires. Ils nous doivent de l'argent.»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Guilhou Tchuente

Lutte contre le Covid-19 : La France soutient le Cameroun dans le social et la recherche scientifique

Guilhou Biya

Opinion – Réapparition du président Paul Biya : Benjamin Zebaze critique violemment les partisans du RDPC