in

Cameroun – droit d’auteur de l’art musical: les membres de la nouvelle plate-forme spéciale à l’épreuve du consensus

Narcisse Moulle KOMBI-Ministre camerounais des Arts et de la Culture

Des propositions concrètes pour une sorties définitive de crise, sont attendues dans un délai de 10 jours à compter du jour de prise de fonctions


Narcisse Moulle KOMBI-Ministre camerounais des Arts et de la Culture
Narcisse Moulle KOMBI-Ministre camerounais des Arts et de la Culture -DR
La mission assignée à cette plate-forme spéciale est claire. Œuvrer  dans les brefs délais pour la mise en place d’un organisme de gestion collective du droit d’auteur de l’art musical au Cameroun. Ceci dans une démarche prônant à la fois, l’assainissement et l’apaisement dans le respect conformément à la réglementation en vigueur.

C’est ainsi qu’en procédant à l’installation des responsables et membres de la plateforme le 07 août dernier, le Ministre des Arts et de la Culture (Minac) n’a pas manqué d’évoquer le décret n° 2012/381 du 14 septembre 2012 portant organisation du Ministère des Arts et de la Culture, qui «confie principalement et pleinement au Minac la mission du suivi des structures nationales de gestion collective du droit d’auteur et des droits voisins du droit d’auteur». Précision qui vaut tout son pesant d’or car, permettant de lever toutes sortes de malentendus au sujet de cette nouvelle équipe et des missions qui incombent au ministère dans cette quête du sortie de crise.

Pour approfondir :   Pour la CRTV, Tibor Nagy n'a « aucunement évoqué » l'affaire Maurice Kamto et la crise anglophone avec Paul Biya

Créée le 30 juillet 2017 par décision du Ministère des Arts et de la Culture, cette plate-forme dispose d’un délai de 10 jours à compter de sa mise en place pour présenter son rapport et ses propositions au patron des arts et de la culture, le Ministre Narcisse Mouelle KOMBI. Toutefois, en cas de nécessité, ce délai est susceptible d’être prolongé.

Rappelons que cette plate-forme qui est présidée par la magistrate hors hiérarchie Louise ABOMO, regroupe en son sein, toutes les franches ayant existées jusqu’ici à savoir, la CMC, la SOCAM, la SOCACIM, et la SCACEM. Il s’agit donc d’une approche consensuelle qui devra privilégier le dialogue franc entre les parties prenantes, pour espérer voir le bout du tunnel dans cette affaire d’art musical qui n’a que trop durée.

Pour approfondir :   Le Festival FOMARIC de Nkotti François reconnu d’utilité publique par Paul Biya

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Image d'accueil site internet BUCREP

Cameroun: le BUCREP dément l’information relative à un éventuel recrutement de 30.000 jeunes

Le Président Macky Sall et la chanteuse Amy Collé Dieng

Sénégal : Une chanteuse en prison pour avoir traité le Président sénégalais de « voyou et de gecko »