in

Cameroun : Courtisé par certains partis politiques, Célestin Djamen n’envisage pas démissionner du MRC

dJAMEN cam.jpg

Le Secrétaire national en charge des droits de l’homme et la gouvernance du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) a été l’un des invités d’ABK Matin sur ABK Radio du lundi 4 mai 2020. Le militant du MRC s’est prononcé sur les derniers déroulements de l’actualité en lien avec la lutte contre le coronavirus au Cameroun.


dJAMEN cam
Célestin Djamen – DR

L’homme politique Célestin Djamen s’est prononcé sur le don de Maurice Kamto dans la cadre de la lutte contre le Covid-19. Il a estimé que son président national n’avait pas besoin de passer le ministre de la santé pour faire son don. « On n’a pas à passer par un ministre pour faire un don à un Camerounais ou un hôpital », a déclaré Célestin Djamen.

Cette déclaration a suscité la polémique entre les militants et sympathisants du MRC et du PCRN sur la toile. Ils sont allés jusqu’à faire des propositions d’échanges entre Célestin Djamen et Nourane Foster. L’ancien militant du SDF dit avoir eu des propositions pour quitter le parti de Maurice Kamto. « On ne peut pas me faire de reproches, je n’ai pas quitté ce camp pour rejoindre le camp d’en face. Mais j’ai effectivement eu des propositions », a-t-il révélé.

Pour approfondir :   Cameroun : Maurice Kamto raconte les circonstances de son arrestation

 Célestin Djamen dit ne pas penser quitter le navire du MRC. « J’aurais rejoint le PCRN ou le RDPC si j’étais une prostituée politique. Mais je n’y pense pas », avoue-t-il.

Le juriste n’envisage pas remplacer Maurice Kamto à la tête du parti. « Je ne suis pas dans l’obsession des postes (pour penser à prendre la tête du MRC à la place de Maurice Kamto). Les gens peuvent dire ce qu’ils veulent. Je reçois chaque jour des tonnes d’insultes mais ça, c’est leur problème », affirme Célestin Djamen.

« Les élections de 2025 vont fatalement arriver… Je pense qu’un homme politique doit être ambitieux. On m’a reproché d’être ambitieux. On m’a accusé d’être entré en politique pour le poste. Mais je suis simplement ambitieux », ajoute Célestin Djamen.

L’ancien activiste de la diaspora pense qu’« un parti c’est comme une plante qui doit être revigorée, alimentée ».

Célestin Djamen trouve criminelle les dernières mesures gouvernementales du 30 avril dernier. « La mesure du gouvernement qui porte sur l’ouverture des bars après 18h est une mesure criminelle, totalement irresponsable. C’est une mesure qui envoie les Camerounais à la mort », pense-t-il.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

unnamedJean Jacques Ekindi

Jean-Jacques Ekindi : « La politique c’est comme un vélo ; vous restez sur place vous tombez. Il faut pédaler »

personnel medical efoula

Cameroun : Le Syndicat des médecins condamne les violences faites sur le personnel médical