in

Cabral Libii : « Je veux être le capitaine du bateau Cameroun en 2025 »

Libii Medias

Au lendemain de la cérémonie de mise à l’eau de la pirogue offerte par le parti PCRN aux populations de Makak pour la traversée du Nyong, l’honorable président CABRAL LIBII, parle de ce projet de la pirogue qui va au-delà selon lui.


Libii Medias
Cabral Libii face à la presse – capture vidéo Lebledparle

L’homme politique utilise l’image du bateau pour dire que c’est lui le prochain capitaine du bateau Cameroun. « Je veux conduire le bateau du Cameroun vers une terre promise de progrès et de prospérité », écrit-il sur Facebook le samedi 08 mai 2021.

Lebledparle.com vous propose l’intégralité de sa communication.

Plus qu’une PIROGUE…

Makak a donc enfin sa pirogue ! Je salue l’épilogue de ce projet qui nous tenait à cœur depuis le naufrage de trop survenu sur le fleuve Nyong  à la traversée de Malombo, le 10 novembre 2020 et qui a coûté la vie à deux femmes.

Mes premiers mots de remerciements vont à tous les contributeurs financiers et physiques de ce projet qui sans distinction d’origine, chacun avec ses moyens, son temps,  sa disponibilité  et sa volonté, a permis l’acquisition de ce moyen de navigation.

Que ceux qui disent ou pensent que vous n’avez rien d’immense, regardent pendant un instant d’humanité, la liesse des nombreuses populations, et la joie qui se lisaient sur leurs visages, à la cérémonie de mise en eau très courue de l’inoubliable vendredi 7 mai 2021 à Malombo. L’espérance a repris ses droits là où la mort régnait.

Pour approfondir :   Exclu de la liste des pays retenus pour la reprise des voyages en direction de l’UE, le Cameroun réagit

Les choses simples sont parfois les plus utiles. Vous avez fait quelque d’affectif et d’utile. Vous avez contribué à mettre la ruralité au cœur de la nation. Vous avez pensé à ceux qui n’ont rien, à la minorité invisible sur les réseaux sociaux,  celle qui se ne soucie guère de nos débats si argumentés,  de nos disputes politiques interminables et qui ne demande qu’à s’en sortir.

Cette minorité aux tréfonds de Makak qui veut mener ses activités agropastorales, écouler sa marchandise, se déplacer pour un point de santé, aller à l’école. Elle en était empêchée depuis de longs mois et vous les avez sortis de cette indicible peine. Plus qu’une pirogue, vous leur avez redonné la vie et la dignité. Vous êtes donc des Héros de notre temps.

 C’est cet état d’esprit que nous voulons diffuser dans notre pays le Cameroun. La solidarité et l’empathie pour les faibles doivent accompagner nos rêves de grandeur. Il nous faut certes, réhabiliter la CAMSHIP avec l’acquisition d’une puissante flotte de bateaux, mais n’oublions pas qu’à Makak les gens meurent faute d’avoir traversé un fleuve pour aller à l’hôpital.

Pour approfondir :   Un autre cadre du MRC annonce sa démission du parti

Il nous faut des Trains à Grande Vitesse,  mais en ce moment, il y a des paysans qui veulent juste partir de Messondo pour Ngoumou et ont besoin d’un train.

C’est cet équilibre progressiste permanent entre le rêve et la lucidité, entre la grandeur et la simplicité, entre le progrès personnel et la solidarité, entre le libéralisme et le socialisme, que nous devons rechercher en tout temps. S’élever au ciel tout en gardant les pieds sur terre.

Mes chers compatriotes, depuis mon entrée en politique, je veux conduire le bateau du Cameroun vers une terre promise de progrès et de prospérité. Mais je veux m’assurer que personne ne manque à l’appel, que personne ne tombe pendant la traversée des eaux… très agitées.

Pour ceux qui ne le savaient pas encore, d’ici 2025 le bateau va bientôt lever l’ancre. Montez à bord maintenant…

Rejoignez le PCRN pour que nous puissions construire ensemble le Cameroun qui Protège et qui Libère les Énergies.

CL

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

SEM Democratie

[Tribune] Serge Espoir Matomba : « Il est temps de penser à des Etats démocratiques qui prennent en compte notre civilisation africaine »

Debson

Jeune Afrique propose le récit actualisé de la mort du Maréchal Idriss Deby Itno