in

Yaoundé: Un homme découpé à la machette

Les habitants des quartiers Tsinga et Nkomkana se sont réveillés Mardi sur une découverte macabre à l’entrée de la route qui mène au Commissariat du 8e Arrondissement.

machette660

Le corps sans vie d’Aboubakar Sarky, 32 ans, selon des connaissances, gisait dans le sang. Un t-shirt vert à manches rouges constitue son seul vêtement. Son crâne, sa face, le revers de sa main gauche,

son bras droit, son abdomen, ses jambes, ainsi que ses pieds sont marqués de profondes blessures, sur toutes les parties où des coups machettes sont passés. Le sang est encore frais à 7h30 quand nous arrivons sur le lieu.

«Quand je passais à 4h pour livrer une chèvre et un mouton au boucher qui m’a fait la commande, j’ai trouvé cet enfant couché ici et il respirait encore. Mais, quand je suis revenu 30min après, il était déjà mort», explique Adamou, qui dit bien le connaître aux policiers arrivés sur le lieu. Les marques de sang sur le sol laissent croire que qu’Aboubakar Sarky aurait été «agressé» très loin de là. «Nous n’avons pas trouvé sa carte d’identité, sauf une pièce de 50F», relate un de ses frères du Nord Cameroun. Plusieurs interprétations sont faites sur les circonstances de la mort d’Aboubakar Sarky. Selon Alex Clément Tamn de la Radio Cheikh Anta Diop non loin de là, «ce serait une justice populaire. Vous savez que le marché du 8e Arrondissement est réputé pour le banditisme. Il aurait été pris pour un vol, et la population l’aurait alors arrêté et rué de coups de machettes comme vous l’avez vu vous-même». Pour Samuel Zoé du quotidien L’Actu non loin de là aussi, «on nous a rapporté qu’il a volé des bassines et on l’a attrapé».

Pour approfondir :   Cameroun : A Garoua, un homme tue sa femme et se suicide, les circonstances

D’après les révélations d’Abdoulaye, un ressortissant du Nord de 18 ans et nettoyeur de chèvres au marché du 8ème, «Aboubakar Sarky avait été chassé du marché des chèvres par le président parce qu’il bagarrait trop. Ces derniers temps, il achetait la ferraille qu’il vendait».

Abdou va plus loin: «j’ai grandi avec lui. Avant, il volait les choses mais sa mère lui avait donné les remèdes qu’il a bu. Il ne volait plus. Il n’avait jamais fait la prison. Il est venu me voir hier (2 juillet, NDLR) dans l’après-midi. Peut-être on l’a trouvé en train de bagarrer, et l’autre a appelé le renfort».

Pour approfondir :   Dschang : Le tribunal coutumier condamne une femme pour séquestration de son mari


 

 

                                           

Vos commentaires ici


 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

marche central 2 ns 600

Cameroun : le marché Congo de Douala en feu

L’ancien lion indomptable du cameroun, Bernard Tchoutang détenu pour braquage en France