in

Victor Fotso : Fin de parcours d’un fidèle du Président

Victor Fotso1 1

Militant de la première heure du Rdpc et capitaine d’industrie, le maire de la commune de Pete-Bandjoun a tiré sa révérence le 20 mars dernier, à l’âge de 94 ans.


Victor Fotso1 1
Fotso Victor – capture photo

Le président de la République, Président national du Rdpc, a envoyé un message poignant de réconfort à la famille de Victor Fotso, décédé des suites d’une courte maladie, dans un hôpital parisien où il était interné. Dans ce message, Paul Biya présente à la famille éplorée, ses condoléances les plus attristées ainsi que celles de son épouse, à ce grand militant, qui a toujours su contribuer aux victoires du Rdpc. Militant de la première heure, il a décidé de prendre les rênes de la commune de Pete-Bandjoun, son village natal. Après d’innombrables réalisations pour l’amélioration des conditions de vie des populations, il a naturellement été reconduit à ce poste, à l’issue du double scrutin municipal et législatif du 9 février 2020, pour un mandat de 5 ans.

Ce poids lourd du Rdpc dans la région de l’Ouest, faisait partie, de la première génération d’industriels camerounais. Selon des sources dignes de foi, Victor Fotso se lance dans les affaires à Mbalmayo dans la région du Centre dans les années 50. Ceci, après avoir quitté son travail d’ouvrier agricole à Bafang dans le département du Haut-Nkam, région de l’Ouest. Dans les années 1970, il comptait déjà dans son groupe une vingtaine d’entreprises prospèrent, présentes dans pas moins de dix pays dans le monde.

Pour approfondir :   Après la messe d’action de grâce en son honneur, Amougou Belinga reçoit l’évêque émérite de Bertoua à son domicile

De par son dynamisme et son sens des affaires, Victor Fotso s’était bâti une réputation d’opérateur économique de premier plan, ayant traversé les frontières nationales. L’histoire retiendra l’internationalisation d’Unalor, entreprise de production d’allumettes, vers la Côte d’Ivoire, le Liberia et l’Angola. Celle des piles électriques (Pilcam), les insecticides (Moon Tiger) au Sénégal et au Mali, la fabrique des cahiers (Safca), la distillerie des liqueurs, la culture du haricot vert pour la marque Bonduelle et l’Imprimerie nationale au Tchad.

Pour approfondir :   Cameroun : Paul Biya s'adresse à son homologue Idriss Déby Itno

Le groupe Fotso, entreprise familiale, a également lancé la Commercial Bank qui a ouvert sa première agence à Douala en 1997 (Cbc), avant d’essaimer en 1999 au Tchad (Cbt), en Centrafrique (Cbca), en Guinée équatoriale (Cbge), et même à São Tomé-et-Príncipe (Cobstp). À cela, il faut ajouter la Société financière africaine (Sfa), basée à Douala, mais aussi des investissements immobiliers en France, notamment à Levallois-Perret, opérés par la Compagnie internationale de services (Cis). Des sources font état de ce que, au crépuscule de la décennie 2010, Son personnel était évalué à 5 000 employés, en dehors des 18 000 planteurs de haricots verts. Né le 26 juin 1926 Bandjoun, Victor Fotso laisse derrière lui, une famille biologique et politique inconsolable.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Emvoutou Mar

Hommages à Manu Dibango : Marlène Emvoutou critique violemment l’attitude de Lady Ponce et  Mani Bella

Kati NOcamer

Clash Lady Ponce-Mani Bella : K-Tino intervient en sapeur-pompier